Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le duel - Arnaldur Indridason

Le Mentor 

 

mentor.gif

 

Bon j’avais juré craché que je ne lirai plus ses polars, je me suis laissée tenter la dernière fois et j’ai été ravie alors ...me revoilà chez Indridason.

Plus d’Erlendur au programme, non mais son mentor, c’est une femme assez efficace, au çaractère bien prononcé : Marion Briem. 

L’auteur nous fait faire un saut dans le passé jusqu’en 1972

Je me suis bien amusée à la lecture de ce polar car cette période et le point central du roman, à savoir la rencontre au sommet entre Bobby Fishcher et le russe Boris Spassky est encore dans ma mémoire, je me souviens des images télé retransmettant les moments clés des rencontres de ce championnat. 

 

bobby-fischer-against-the-world-movie-image-01-600x435.jpg

 

Nous voilà donc à Reykjavik, ville sous haute surveillance, pensez elle conjugue à la fois les services secrets Russes et Américains et cela au temps de la guerre froide ou du moins encore bien tiède.

 

ROYAL CAST WARSAW GOOD ONE.jpg

 

Y aurait-il un lien entre l’assassinat d’un homme dans un cinéma de Reykjavik, un homme, je devrais plutôt dire un jeune homme qui a la fâcheuse manie d’enregistrer tout et n’importe quoi. Tué de coups de couteau au coeur, il semblerait qu’il ait enregistré quelques paroles de trop pour son bien. 

Fait divers sordide ou assassinat en lien avec des problèmes politiques ? La tâche de Marion Briem ne va pas être simple. 

Est-ce que j’ai aimé ? et bien oui plutôt ! Certes ce n’est pas Erlendur mais Marion Briem a un charme bien a elle, d’abord on comprend immédiatement ce qui a pu la rapprocher d’Erlendur et en faire son mentor, c’est plutôt une discrète et pour lui arracher les mots de la bouche il faut se lever de bonne heure. 

Il faut dire que son enfance l’a préparé à ça, elle a hanté les sanatoriums à l’âge où l’on joue à la marelle et ses souvenirs sont cuisants. 

 

vifilsstadir_2008.jpg 

Le roman est habile, le personnage de Marion Briem est attachant et j’espère la retrouver aux côtés d’Erlendur dans une prochaine aventure, quant aux péripéties du championnat d’échecs c’est amusant comme tout de revivre ce moment. 

Passionné ou non d’échec c’est un bon opus 

 

9782864249450FS.gif

 

Le livre : Le Duel - Arnaldur Indridason - Traduction Eric Boury - Editions Métailié

Commentaires

  • Hum, je me suis dit aussi, je délaisse cet auteur... Pourtant il sait se renouveler, non?

  • @ Keisha : je m'étais un peu ennuyée à une ou deux reprises mais depuis Etranges rivages je suis repartie avec lui et cet opus là est de bonne facture

  • Moi aussi, j'avais juré craché que j'arrêtais cet auteur après quelques déceptions et lassitudes, mais j'y suis quand même revenue ... Alors, si tu dis que c'est un bon opus, je me laissefacilement convaincre !

  • @ Athalie : tu peux y aller; changement d'époque, changement de héros principal et des particularité comme cette Marion Briem qui se révèle attachante

  • Revivre le mémorable tournoi d'échec vaut le détour, et si Marion est aussi attachante que Erneldur, pourquoi pas ?

    Je remarque que les auteurs de série polar actuels ont tendance à multiplier les héros centraux. Étendre son public ? Simenon aurait-il eu l'idée de créer une commissaire pour prolonger Maigret ?

  • @ christw : le public a aujourd'hui besoin de plus de changement et de vitesse ! ceci dit je ne me suis jamais ennuyée en lisant Simenon
    L'atmosphère particulière de ce tournoi de célèbre mémoire est très bien rendue

  • L'auteur va donc à reculons ? voilà qu'il va nous proposer l'avant Erlandur et les débuts d'Erlandur ensuite ? Peu importe, si tu dis que c'est bien, je suis partante.

  • @ Aifelle : je ne sais pas si il va continuer mais il y a fort à parier
    on devrait le suivre à ses débuts, ici il ne fait qu'une apparition ....pfffttt

  • Je note immédiatement. Je n'ai moi non plus, pas oublié l'affrontement Bobby Fischer et Spassky, impressionnant

  • @ nadejda : je me souviens que cela a occupé la presse et la télé pendant des jours ! un bon polar très heureusement situé à ce moment là

  • tu me donnes très envie !
    pourtant je m'ennuie souvent à la lecture des policiers !
    car je trouve que la solution de l'énigme occupe trop de place dans l'intérêt du roman.
    luocine

  • @ luocine : j'aime les polars quand ils élargissent un peu le champ et c'est le cas ici, sur les traces des deux joueurs plus fou l'un que l'autre, c'est amusant et la maladie de Marion Briem qui faisait rage en Islande est très bien décrite

  • Raté dans les essais de prédiction "îlienne" ! Indridason, j'en ai essayé un qui ne m'a pas emballée (La femme en vert) donc je n'ai pas réessayé...

  • @ Anne : il vaut la peine d'être lu mais les goûts et les couleurs, j'ai une fille amateur de polar qui ne l'aime pas du tout !!!

  • Il faut toujours savoir céder à la tentation ! Pour le moment je fais une pause "policiers nordiques" et même "écrivains nordiques", trop désespérés pour moi, encore faut-il savoir où passe exactement la frontière du Nord !

  • @ Annie : là c'est vraiment le nord : le climat, la mer, la brume !! donc peut être pour dans quelques temps ...

  • Et c'était il y a plus de quarante ans, mince !

  • @ Tania : oui j'ai eu le même réflexe que toi !

  • Pourquoi pas, bien que si je m'en tenais à l'ordre de parution, je devrais en lire trois ou quater avant ! j'ai du retard !

  • @ Kathel : dans la mesure où il y a là un retour en arrière l'ordre n'est que de peu d'importance

  • Chez les auteurs, c'est comme dans la vie, tout est impermanence... Tu as bien fait de succomber à la tentation, ce "fait d'hiver" t'a visiblement passionnée. Bises. brigitte

  • @ Plumes d'Anges : la tentation était trop forte

  • Bon, c'est bien que tu te sois réconciliée avec ton copain Arnaldur! Je crois qu'il avait déçu ses lecteurs à moment donné en abandonnant Erlendur. Mais si Marion est tout aussi intéressante comme personnage, alors, pourquoi pas! Les deux réunis étant pourtant le summum!

  • @ Claudialucia ; comme je le sens on devrait les retrouver en duo dans la prochaine aventure

  • L'histoire de celui-ci ne m'intéresse pas trop et c'est dommage car j'aime bien Indridason ;-)

  • @ lewerentz : moi c'est le sujet qui m'a attiré au contraire

  • C'est un des rares auteurs de polar que je lise grâce à toi du reste
    En fait j'aime bien un polar quand je suis ce que j'appelle en transit littéraire
    Bonne soirée

  • @ Aloïs : sans être exceptionnel celui là est un bon numéro

  • Je l'ai, je l'ai !!!!!!

  • Bonsoir Dominique, j'en ai déjà lu 160 pages, j'aime beaucoup. Bonne soirée.

  • @ dasola : je viens de lire ton billet !

  • J'avais dit aussi que je ne lirais plus d'Indridason mais là, je dois avouer que tu m'as convaincue...

  • Mais pourquoi vous ne vouliez plus lire Indridasson ? ...
    En tout cas, merci de me signaler celui-ci que je n'ai pas encore lu.
    Bon week end.

  • @ Bonheur du jour : je trouve qu'il a eu un passage un peu à vide avec des romans moins prégnants

  • bientôt, on revient à l'époque de "Roseanna" ???

  • je l'ai lu ..c'est vraiment du polar classique , je ne peux pas dire que je sois fan, mais quelque chose m'intrigue , comment sais tu que Marion Briem est une femme , je me suis posée la question pendant tout le roman, comme tu vois mon esprit n'était pas très concentré
    Luocine

Les commentaires sont fermés.