Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Vallée seule - André Bucher

Un temps de neige

 

village-de-chanousse-sous-la-neige-en-hiver.jpg

                  village sous la neige 

 

Un sixième roman, mais pour moi une troisième lecture. 

Je vous ai présenté il y a quelques mois André Bucher et je vous ai dit tout le bien que je pensais de son précédent roman Fée d’hiver. Avertie par les éditions du Mot et le reste de la parution prochaine d’un nouveau livre, je guettais.

 

Dès les premières lignes je sais que je vais aimer ce livre, même s’il devance un peu l’appel en nous emportant dès maintenant dans un paysage de neige :

« Dans toutes les régions montagneuses, la neige est auréolée d’un grand prestige. Elle décide du sort des récoltes, de la survie des arbres ainsi que de la santé des sources. Chaque année sur le point d’envahir le pays, elle consulte la rose des vents pour se souvenir du paysage qui s’endort sous elle et se réveillera à son départ »

 

 

8111932-une-femme-cardinal-du-nord-cardinalis-perche-sur-une-neige-couverts-evergreen-durant-une-tempete-de-.jpg

 

Nous retrouvons la montagne et la vallée chers au coeur d’André Bucher.

Une multitude de personnages qui habitent le village ou les pentes de la montagne, sont pris dans les mailles des saisons, certains vont mourir, d’autres connaitre des épreuves et enfin certains vont trouver la force de revivre. 

Les personnages sont tous des êtres hors normes, le couple de marionnettistes, le garde chasse qui est venu là oublier un passé douloureux, Martha et Ludovic encore tout environnés de la grâce de l’enfance. lls sont tous un peu à part et ne peuvent qu’accepter le destin, que celui-ci soit tendre avec eux ou qu’il soit terrible.

 

 

cerf.jpg

Mais le vrai personnage du roman c’est le cerf, un cerf majestueux qui tout au long du récit se cache, se protège, évite les hommes et déjoue leurs pièges. 

« ll avait assimilé comment se comporter avec ceux qui le chassaient. ll connaissait leurs habitudes, leur pas, leur odeur »

Un récit qui prend parfois les accents d'une parabole dans une nature par qui tout se fait, grâce à elle ou contre elle. 

 

Roman mélancolique, doux-amer mais porté par l’écriture d’André Bucher qui lui donne une force qui fait fi du froid, du malheur, et dont la langue râpeuse est dédiée au Dieu Pan.

 

9782360540952FS.gif

 

 

Le livre : La Vallée seule - André Bucher - Editions Le Mot et le Reste 2013

Commentaires

  • toujours surpris par les échos donnés dans la presse locale à des "accidents" de chasse (tel celui de ce w-e marquant l'ouverture des hostilités) : à savoir les cris horrifiés qui s'étalent sur le papier froissé quand un cerf refuse de servir de tête de pipe dans un jeu mortel
    quoi ?!? l'animal n'a pas tendu le flanc gauche quand il avait déjà été tiré au flanc droit mais se défend, fonce, prouve que ses bois ne sont pas en carton pâte...

  • @ JEA : j'ai beaucoup aimé ce combat sans fin de la bête et des chasseurs
    Bucher donne beaucoup de réalisme et le fait avec une belle écriture

  • J'avais aimé "déneiger le ciel" récit hypnotique d'une nuit de neige, vraisemblablement dans la même vallée. Je relirai volontiers l'auteur.

  • @ Aifelle : j'avais lu avec grand plaisir Fée d'hiver et du coup j'ai mis la main sur celui là dès sa sortie, on retrouve toutes les qualités de Déneiger le ciel, une belle écriture et des personnages attachants

  • Le thème me rappelle le beau petit livre de Erri de Luca "Le poids du papillon" où un braconnier poursuit et fait face au Roi des chamois, deux solitaires qui se mesurent
    Je note ce livre car j'ai bien aimé "Le pays qui vient de loin et déneiger le ciel".

  • @ nadejda : je note le poids du papillon et je te recommande Fée d'hiver

  • Je n'ai guère de lectures de fiction de ce genre dans mes archives, plutôt des documents naturalistes. Un cerf comme personnage central. Je suis tenté.

  • @ christw : les pages sur le cerf et son parcours pour échapper aux chasseurs est tout à fait réussi c'est même à mon sens un vrai "personnage" du livre

  • J'avais lu un de ses romans il y a des années, mais je pourrais bien donner une chance à cet auteur (peu sur les blogs, dommage)

  • @ Keisha : l'éditeur est un peu discret mais j'ai lu plusieurs livres chez eux toujours de qualité

  • Oui, un récit à fleur de peau, une parabole autour de la figure d'un vieux cerf, dans un royaume intermédiaire, entre terre et ciel. Bruissements des vies fragiles et silencieuses. Hypersensibilité de l'animal.

    Un bel entretien de l'écrivain avec Justine Minet dans La Tribune de Montélimar, 29 août 2013.

    J'ai mis le lien sur le blog consacré à André Bucher :
    http://andrebucher.tumblr.com

  • @ Benoît : merci à vous pour le lien qui intéressera les lecteurs de ce blog, j'ai beaucoup aimé ce roman comme les précédents

  • Lu aussi "Déneiger le ciel". Heu... ses romans se ressemblent un peu tous non.....En même temps ça peut être sa marque de fabrique :-)

  • @ cathe : oui il y a là un type de roman, mais j'aime beaucoup ses descriptions et ses personnages

  • Pour l'occasion je t'ai traduit un poèmes:

    Le cerf de Virgilio löpez Lemus

    Me plonger dans ta beauté
    profondément, tant en toi
    que je meure de ta caresse,
    que ni l'eau de mes yeux
    ou le silence même
    soient plus que ta peau.
    Solitude, miracle de ton front,
    en toi on voit le cerf
    qui somnole dans la clairière de la forêt
    et soudain se perd dans l’herbe.
    Que voudrais-je de plus: être ce cerf,
    entrer dans ta peau comme dans un bois
    et écouter le silence de l'amour.

  • @ colo : je crois que le cerf de Virgilio Lopez Lemus est très ressemblant à celui d'André Bucher

  • Ici, le brame des cerfs a commencé dans la forêt proche et quand le vent le permet on les entends bramer à la lune.... Alors....
    Je ne connais pas encore l'auteur !
    C'est fou comme souvent ton choix me tente !!!

  • @ Enitram : j'aimerai entendre le brame c'est quelque chose que je n'ai jamais entendu hélas

  • Merci pour les belles photos qui accompagnent ce billet. Un auteur dont je n'avais jamais entendu parler...

  • @ Anne : une découverte à faire donc

  • ah la nature... et depuis "l'art de la marche", je suis un peu sur mes gardes, mais qu'un cerf résiste aux chasseurs ça m"amuse
    et ... j'adore tes billets
    Luocine

  • @ Luocine : l'art de la marche n'est pas du tout mon préféré dans le genre mais j'ai l'impression qu'il t'a éloigné à jamais des livres qui ont la nature pour cadre dommage dommage

  • Bonjour Dominique, je ne connais pas cet auteur. Il faudrait que je découvre rien que pour le cerf, très bel animal. Bonne journée.

  • @ dasola : j'ai l'impression que le cerf emporte tous les suffrages

  • Il me semble que chez les amérindiens, le cerf symbolise l'arbre vie, il annonce l' arrivée de la lumière... et il y a toujours des chasseurs pour lutter contre celle-ci. Mais le cerf les observe et réussit à déjouer leurs plans. Ce livre sera une découverte pour moi, il me tente bien. Bises Dominique. brigitte

  • @ Plumes d'Anges : des descriptions et des personnages qui pourraient te plaire

  • @ cathe : les thèmes sont communs aux différents romans (magie païenne de la nature, faune, flore ; grands espaces ; amour, amitié, filiation, solitude, circulation des affects ; rencontre de l'homme et de la nature, Nature Writing, accents panthéistes ; confrontation aux éléments, eau, terre, feu, air...). Mais l'écrivain, en bricoleur des mots et des phrases, invente à chaque roman une nouvelle façon de raconter : jeu littéraire, travail de l'énonciation, musicalité, humour, fantaisies surréalistes... Pour le dire vite. Le Pays qui vient de loin : un récit d'apprentissage. Le Cabaret des oiseaux : un long blues mélancolique écrit à la première personne du singulier. Pays à vendre : roman noir, ton plus irrévérencieux, personnages picaresques. La Cascade aux miroirs : vol d'identité, confrontation furieuse d'une mère et de son fils, échos lointains de l'Afghanistan. Fée d'hiver : détournement du roman noir, du fait divers, basculement du point de vue d'un personnage à un autre, faisant avancer le récit, polyphonie, échos lointains de la guerre dans les Balkans. La Vallée seule : une parabole, un vieux cerf en ouverture et fermeture de chaque chapitre, pour un récit où le cheminement intérieur de chaque personnage se construit dans sa confrontation (réelle, imaginaire) à l'animal.

    Bref un écrivain à défendre dans les blogs littéraires et sur les forums des émissions culturelles ou dans les pages commentaires d'articles sur la littérature !

    @ Dominique : j'ai rajouté à sauts et à gambades dans les liens de la revue de presse :
    http://andrebucher.tumblr.com/revuedepresse

  • @ benoît : merci pour le lien

  • les cerfs ne m'attirent guère, les chasseurs encore moins. en revanche je craque devant l'oiseau coloré!

  • @ Miriam : chacun ses amours

  • @ Margotte : un écrivain de la même famille

  • Tes photos sont magnifiques (notamment celle avec l'oiseau) mais voir déjà de la neige... piété, c'est trop tôt pour moi ! ;-D

  • @ lewerentz : les hasards de lecture se heurtent à la météo

  • "Déneiger le ciel" fait partie des lectures qui m'ont marquées. J'ai aimé cette écriture sobre et dépouillée au plus près de la nature et de son souffle poétique. il me faut remettre cet auteur en mémoire!

  • @ Fransoaz : n'hésite pas Fée d'hiver ou celui là sont très réussis et à mon avis meilleurs que Déneiger le ciel

  • Déjà la neige ... je préfère un petit répit, car elle n'a quitté nos montagnes que courant juillet ...Mais je note ce titre !

  • rencontre livresque avec Andre Bucher il y a quelques années avec la sortie de son roman " le cabaret des oiseaux" je suis allé souvent sillonner sa région à velo et cela me permet de mieux ressentir les ambiances naturalistes decrites avec les mots simples et humains de l'auteur ... depuis cette première rencontre je guette les sorties de ses livres et André Bucher ne m'a jamais déçu ... je n'ai pas tout lu ses romans mais cet un écrivain qui gagne à être connu .... et je vais aller dans la petite librairie de Tarascon pour me procurer son dernier livre ... l'histoire avec ce cerf me tente beaucoup !!! et en effet j'ai tout de suite penser à Erri de Luca "le poids du papillon"

  • Un livre tout à fait dans la ligne des précédents on y trouve la même écriture et le même souci des marginaux et de la nature

  • Je viens de terminer ce livre, j'ai aime sa poésie, bain de nature, parfois hostile.
    Mon préféré reste toutefois Jean-Loup Trassard. parmi les "écrivains ruraux".

  • deux écrivains que j'apprécie mais somme toute assez différents je trouve, l'un a une dimension onirique, imaginative alors que Trassard est au plus près du monde réel

  • Bonjour à tous,

    pour information, pour le relire et l'offrir, La Vallée seule ressort en poche en septembre :
    https://lemotetlereste.com/litteratures/lavalleeseulepoche

    Pour accompagner le nouveau roman d'André Bucher, Un court instant de grâce :
    https://lemotetlereste.com/litteratures/uncourtinstantdegrace

    Belles lectures à tous,
    Benoît

    Un page Facebook autour de l'écrivain :
    https://www.facebook.com/andre.bucher.ecrivain

  • merci pour l'information je suivrai attentivement les sorties du mois de septembre

  • @Benoît : merci pour ce informations utiles.
    @Dominique : tout à fait d'accord, Bucher s'envole volontiers vers des univers imaginaires et insolites. Trassard garde les pieds sur terre.et son climat est moins rude, Les deux se complètent au fond. Je garde en moi son merveilleux recueil de nouvelles que j'ai fini par acheter, "Nous sommes le sang de cette génisse".

  • Je reviens car je me rends compte que la différence essentielle entre Bucher et Trassard réside dans l'expression de sentiments : le second est beaucoup plus tempéré, l'émotion. n'est guère explorée/exprimée. André Bucher la manifeste bien davantage, quoique toujours pudiquement et poétiquement.

  • et toc celui là je le note immédiatement car je ne l'ai pas lu

  • Bonjour à tous, il existe désormais une page Wikipedia consacrée à André Bucher avec différentes informations :
    https://fr.wikipedia.org/wiki/André_Bucher_(écrivain)

Écrire un commentaire

Optionnel