Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Proust à Illiers Combray - Christophe Pradeau

 

Quelle meilleure façon de fêter les cent ans de l'édition de la Recherche du temps perdu qu'avec des livres ? 

J'ai sorti de ma bibliothèque quelques uns de ceux qui m'ont raconté le petit Marcel enfant, le Proust mondain, le promeneur de Combray, le jeune homme de Balbec.

proust.jpg

 

Je vous recommande ces 4 livres qui font un joli tour d'horizon de la recherche, ses lieux, ses personnages. 

Le dernier en date est signé Christophe Pradeau, un auteur que j'ai déjà croisé à l'occasion d'un roman de cet originaire du Périgord
Ici c'est son amour pour Proust et de la Recherche qui lui a fait commettre ce petit livre : Proust à Illiers-Combray.

800px-Illiers-Combray.jpg

« Combray n’est pas seulement un nom de lieu, c’est le nom d’un âge de la vie, celui de l’enfance, des verts paradis, l’île ensoleillée de souvenirs »

 

On pourrait croire que Marcel Proust a passé un temps fort long à Illiers puisque l’on a rebaptisé la petite ville Illiers-Combray afin de l’attacher définitivement à l’oeuvre et à l’écrivain.

Pourtant ce ne sont guère que quelques été et courtes vacances que le petit Marcel passa ici. Mais la force de l’évocation dans son roman est telle que pour tout lecteur de la Recherche Illiers et Combray ne font qu’un.

 

Facade_de_la_maisonC.jpg

                        La maison des souvenirs

 

J’ai appris avec intérêt (et à ma grande honte cela ne m’avait pas frappé à la lecture de la recherche) que Proust changea la localisation de Combray et transporta la ville en Champagne afin de la voir détruite au moment de la guerre !! Si cela doit prouver quelque chose c’est que « la vérité d’un roman est moins dans la lettre du texte que dans le souvenir qu’il laisse en nous ».

Je ne me sens pas trop honteuse quand j’ai découvert que Giono plaçait Combray en Normandie….

 

 

proust_adrien_x.jpg

                  Le père peu présent dans le roman

 

Christophe Pradeau arpente les rues d’Illiers et c’est l’occasion pour lui de nous rappeler que cette ville est sous le signe des Proust mais surtout sous celui d’Adrien Proust, le père, le médecin, l’ennemi juré du choléra et de la peste. Il est certain que pour cette ville endormie en début du XXème siècle c’était un souvenir moins sulfureux que celui de Marcel Proust trainant derrière lui des relents de scandale.

A sa suite on pénètre dans la maison de Tante Léonie, tante qui n’a jamais existé, on fait un « tour de jardin »derrière la grand-mère du narrateur « par tous les temps, même quand la pluie faisait rage et que Françoise avait précipitamment rentré les précieux fauteuils d’osier »

 

jardin_le_pre_catelan_illiers_combray_imagelarge.jpg

                                     Le pré Catelan 

 

C’est un pèlerinage littéraire que l’on fait, il y a peu de lieu qui font autant corps avec un auteur au point de se confondre avec lui et faire qu’un lieu imaginaire s’incarne aussi fortement dans le réel. Je ne vois par comparaison que le Château d’If où les visiteurs tiennent à voir le trou creuser par Edmond Dantès dans sa cellule.

 

 

DSCF0074.jpg

           Les nymphéas de la Vivonne

 

Si vous êtes un amoureux de Proust alors ajoutez ce livre à votre bibliothèque et prenez le temps d’aller flâner au Pré Catelan et tremper vos mains dans la Vivonne.

9782701162508FS.gif

 

Le livre : Proust à Illiers-Combray - Christophe Pradeau - Editions Belin

Commentaires

  • Un livre à découvrir, certainement, est-il illustré ? Je ne connais pas ceux de Michel Erman. Après avoir lu Jean-Yves Tadié, on a l'impression que tout a été dit, sans doute à tort. Relire toute La Recherche, un rêve à concrétiser.

  • @ Tania : la bio de M Erman est plus courte et moins complète que celle d'Yves Tadié mais j'ai bien aimé son ton , c'est une bonne façon de faire connaissance avec l'auteur
    Le livre devPradeau est illustrer de photos mais plutôt en rapport avec l'imaginaire du récit et non pas avec les lieux mêmes

  • J'y suis retournée au printemps et je ne sais pourquoi la magie n'a pas opéré .
    Je n'ai pas le dernier opus dont tu parles mais possède les autres
    Il en est un que je recommande assez ancien Le Grand Livre de Proust aux Belles Lettres
    La rentrée nous propose de belles choses en la matière

    http://www.lexpress.fr/actualite/rentree-litteraire-2013-swann-a-100-ans-hommage-a-proust_1273520.html

  • @ Alois : le Grand livre de Proust est excellent en effet , celui ci n'est pas indispensable mais j'ai aimé les réflexions de l'auteur sur le mélange entre réalité et vie rêvée

  • @ Alois : merci pour le lien 'il y a en effet pléthore de publications à l'occasion du centenaire

  • Les livres de M Erman sont déjà notés et je vais y rajouter celui de Christophe Pradeau. Ta présentation nous fait déjà faire une belle promenade

  • @nadejda: et d'ailleurs grâce à toi j'en ai ajouté un à ma liste

  • Je me permets d'ajouter le lien vers les podcasts des émissions sur Proust de France-Inter tout l'été où l'on retrouve justement Michel Erman et beaucoup d'autres (dont Yves Tadié)

    http://www.franceinter.fr/archives-diffusions/660772/2013-08

  • @ Cathe : merci c'est grâce à toi que j'ai podcasté ces émissions, j'en reparlerai d'ici peu

  • Bonsoir, je viens par hasard (je vais à Illiers demain!) de découvrir ce blogue - et votre conseil concernant l'émission " Un été avec Proust". A ce moment-là, j'étais à Vienne, en Autriche, et n'en ai pas eu connaissance. Je suis allée sur la page France Inter, mais les émissions sont archivées , on ne peu plus les podcaster, hélas - et je suis un peu ( beaucoup!) collectionneuse! Accepteriez-vous de me les adresser par mail? Je ne sais pas comment m'adresser à "Dominique" qui le propose à un commentateur...Si vous pouvez me lire, car cette page aussi est archivée... Merci beaucoup par avance !

  • Illiers-Combray au centre d'un cercle formé par les Terres Rouges, le >Bois d'Amour, la Patrière de Prétouville, la Ragoterie, les Choux Rouges, la Gueule du Loup, la Scalberge, la Poulinière et la Garenne des Pineaux...

  • jEA : Grâce à vous on a tous les lieux dits des environs. Merci

  • Je confirme que Illiers a été déplacé par Proust (voir Le temps retrouvé, je crois) et l'église détruite au cours de la guerres (toujours Proust, bien sûr)

  • @ Keisha ' c'est quelque chose qui ne m'avait pas frappé à la lecture de La Recherche, comme quoi notre lecture est parfois un peu superficielle

  • je suis toujours surprise de voir tant de livres autour de mon auteur fétiche! (je ne suis pas originale, je sais, mais ,c'est toujours vers lui que je reviens plutôt l'hiver quand les soirées sont longues!)
    J avais lu il y a longtemps celle de Painter et depuis que des petites choses sur sa mère sa bonne..
    Je vais donc suivre tes conseils .
    Mais cet hiver pas quand il fait si beau dehors et qu'on peut se baigner
    Luocine

  • @ Luocine : je note tous les conseils de lecture mais je les utilise avec parcimonie car ils sont en général très bons et méritent notre attention

  • Ce billet illustré est un délice. Bien que je ne me sois jamais accordée le temps de reprendre et terminer la lecture de l’œuvre ( commencée étudiante. Il y avait de l'idée, un tome par été. hum ), la promenade à laquelle tu nous invites me ravit !

  • @ Marilyne : un jour on se décide et hop on est parti pour une longue lectures

    Dans "Le temps des offrandes" que j'ai chroniqué ici il y a quelques mois, le héros arrivant dans un château, trouvait son hôte avec le dernier tome de La Recherche dans les mains et le Comte en question lui disait : " j'ai passé tout l'hiver dans la compagnie de ces personnages, ils vont me manquer"
    'Est un peu ce que j'éprouve quand je referme un des livres

  • On n'a pas fini d'en entendre parler et tant mieux (chut, ne dis rien). J'ai suivi une partie des émissions sur France Inter, avec grand plaisir.

  • @ Aifelle ' je les suis comme toi avec plaisir et intérêt , on découvre Proust de mille façons

  • Décidément quel hasard ! Je prépare un billet sur un petit Proust lu récemment en ebook: "Journées de lecture" ou "Sur la lecture" que je n'avais aps encore lu.
    Merci pour toutes les infos. Je note.

  • @ Chrstw : j'attends votre billet , un livre que je n'ai pas relu récemment mais écouté avec grand intérêt

  • A chaque lecture on est frappé par d'autres détails..;
    Mais si cela m'attire l'oeil c'est que je n'habite pas si loin de combray, et donc je sais où c'est (pas en zone de combats!)

  • @ Keisha : zone de combat carrément !

  • As-tu écouté la série d'émissions sur France Inter consacrée à Proust ? C'est très bien !

  • @ Margotte : oui grâce à Cathe j'ai tout podcasté

  • Je viens de terminer un livre dont l'auteure est Médium. Elle explique, entre autres choses, que les lieux et les pierres ont une mémoire, elle arrive à y décrypter des histoires, elle dit aussi que les écrivains font revivre des histoires qui ont eu lieu un jour, quelque part dans la réalité du monde. J'aime beaucoup ces propos. Ce voyage au pays de Proust est enchanteur, il y a tant de "détails" à découvrir, là aussi les lieux et les pierres ont leurs mots à dire, pour notre plus grand plaisir. Bises Dominique. brigitte

  • @ Plumes d'anges :
    Objets inanimés avez vous donc une âme qui s'attache à notre âme e la force 'aimer ?

  • Effectivement quand on commence La Recherche, Combray a un petit air de Normandie (et comme ces pages sont très belles, on s'en souvient très bien). Alors que, comme le dit Keisha, quand on arrive au Temps retrouvé on apprend que l'église est détruite (les fameux vitraux des Guermantes) et que le chemin d'aubépines est une cote militaire (c'est Gilbert qui l'apprend au narrateur). Cela fait tout drôle pour le lecteur, qui se demande s'il a bien compris ! J'ai relu Le Temps retrouvé cet été, d'où ma mémoire toute fraîche.

  • @ Nathalie ' oui c'est quelque chose qui m'avait échappé
    Mais il y a longtemps que je n'ai pas relu la Recherche en totalité

  • J'ai visité Illiers-Combray il y a quelques année et j'ai été fascinée : Tant de simplicité transformée en tant de merveilles ! Pour ma part j'aurais suivi Giono...

  • @ Annie : peut être faut-il comme Proust n'aller à Combray que lorsque nous avons presque tout oublié du roman, alors seulement le goût de la madeleine peut-il revenir nous enchanter

  • Super article, bravo !

  • @ Lewererntz : merci à toi

  • honte à moi! je suis passée cent fois devant iliers et ne me suis pas arrêtée, pas lus tard que tout à l'heure!

  • @ miriam : c'est le coup du cordonnier là

  • Je ne suis jamais allée à Illiers-Combray mais j'écoute "à la recherche..." et j'ai bientôt fini les podcasts de l'émission de France-inter...Un retour à mes lectures d'adolescente, temps suspendu que je comprends mieux...

  • @Enitram : il me reste quelques podcasts à écouter car cette semaine je jouait les mamies gâteaux

  • Bonjour Dominique, je viens de vérifier qu'Illiers-Combray à une trentaine de kilomètre de Chartres se situe en Eure et Loir, j'avoue que je l'ignorais. Il faudrait que j'aille visiter cette région. J'ai lu "La Recherche", l'été 2000 et je garde un bon souvenir justement de l'enfance du narrateur. Bonne journée.

  • @ Dasola : pour les parisiens ce n'est pas si loin que ça et je pense que ça vaut la peine

  • les jambes et la voix me démangent trop pour que je prenne plus de temps pour lire (et 1100 pages dans le dernier...) et Proust me parait toujours tellement nombriliste que je ne maintiens pas l'effort.
    MAis ce livre peut éclairer d'un jour nouveau et moins étouffant son oeuvre.
    Ma préférence irait à écouter ces éclairages mais à part la radio la familiarité avec ces nouveaux outils me manque.

    très intéressantes aussi les Lettres de VAn Gogh

  • @ Giovinetta : si tu as un lecteur MP3 je peux t'envoyer les podcasts de l'émission

  • Oups, en parlant de CE livre, je voulais commenter celui sur la mère de Proust...

  • @ Giovinetta : pas grave ...

  • Je connais bien mal Proust mais je note tes références, qui me seront précieuses lorsqu'enfin je me déciderai à le découvrir.

  • @ Lou : à tout seigneur tout honneur, il vaut mieux commencer par le texte de Proust !

Les commentaires sont fermés.