Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La Tristesse des anges- Le coeur de l'homme - Jón Kalman Stefánsson

Une saga islandaise

église.jpg

 

Pour le résumé du premier roman de la série Entre ciel et terre  je vous invite à relire le billet que j’avais fait à la sortie du premier tome de cette saga islandaise.

 

Après nous avoir retracé l’histoire du gamin féru de poésie, nous repartons dans La tristesse des anges en compagnie de Jens le postier

Postier dans ces contrées c’est un métier à risque, le froid et les tourmentes de neige peuvent vous faire disparaître comme un rien. Il est aimé Jens, il est celui qui apporte les nouvelles du monde, qui emporte avec lui les messages d’amour, qui livre le journal local avec ses potins. Son patron le déteste et se fait un malin plaisir de l’expédier porter le courrier vers un fjord qu’il ne connait pas et dont l’accès doit se faire par bateau. La mer le terrifie aussi est-il décidé de lui adjoindre le gamin qui lui a le pied marin. 

 

fb91e41c.jpg

                                   "La Rive de l'hiver"

 

Le gamin qui venait juste de commencer son apprentissage de l’anglais et de découvrir les sentiments amoureux, va devoir accompagner Jens et affronter avec lui la mer hostile, les tempêtes de neige, le brouillard qui rend tous les repères inutiles pour atteindre « la rive de l’hiver ».

L’homme et l’enfant vont devoir trouver leur chemin, de hameau en hameau il leur faut porter les lourdes sacoches, trouver le gîte et le couvert auprès de familles dépourvues de tout et ensevelies dans le froid l’hiver durant.

 

tempete-de-neige-001-20090810.jpg

« Il neige. Une charpie de flocons emplit la voûte du ciel et s’amoncelle sur le monde »

 

L’auteur est habile et je n’ai jamais eu envie d’abandonner là Jens et le gamin, j’ai vibré avec eux, les personnes rencontrées sont autant de héros singuliers et discrets, Kjartan le pasteur en proie au doute, une femme pour qui un livre est plus précieux que du pain. Au milieu de la tempête où la tragédie affleure en permanence, la pulsion de vie qui anime les hommes et les femmes rend la lecture pleine d’allégresse.

 

Dans le Coeur de l'homme dernier volume de ce long périple nous retrouvons le gamin qui a trouvé asile chez un médecin. L’hiver se termine, les jours allongent et la lumière emplie le paysage. Une nouvelle campagne de pêche va commencer. 

Le gamin est bientôt de retour auprès de Kolbeinn.et tous les personnages s’animent autour de lui, Andrea, Pétur et Einar, l’imprimeur Olaf, Gisli avec qui il se gave de ces mots qui « sont nos armes contre le temps, la mort, l’oubli, le malheur.» 

 

Il rêve et ses rêves «  proviennent de l'intérieur, ils arrivent, goutte à goutte, filtrés, depuis l'univers que chacun de nous porte en lui » . Souvent il pense à son ami Bárður qui l’a poussé vers la lecture qui « élargit l’horizon de la vie ».

Le gamin fait aussi son apprentissage amoureux et  tente de résister à la séduction de Ragnheiður. Bref il grandit.

fermes islandaises.jpg

Tout au long de ces trois livres on est fasciné par les flot des pensées des personnages, leur inquiétude spirituelle, leur culpabilité parfois, le flux des sensations qui les assaillent, tout est amené avec habileté et délicatesse. On est pris d’une totale empathie pour eux et l’on a aucune envie de les quitter.

On a parfois l’impression de se perdre, mais au détour d’une phrase on retrouve une pensée, une émotion, le commentaire parfois drolatique d’un personnage ou un proverbe et l’on poursuit sa route.

 

Cette trilogie détient un fort pouvoir de fascination. L’écriture demande parfois un effort : les noms, la multitude de personnages sont de légers obstacles qui valent d’être surmontés.

L’ écriture de Jón Kalman Stefánsson est pareille au climat islandais, il peut vous perdre dans ses brumes, ses méandres, ses bourrasques de neige mais son lyrisme vous tient toujours sous sa coupe. 

Il faut dire et redire que sans l’extraordinaire traduction d’Eric Boury l’écriture de Stefánsson ne nous toucherait pas autant.

 

Cette saga est un hymne à l’Islande et aux islandais férus de récits et de poésie et vous pouvez lui faire une place dans votre bibliothèque

IMG_0112.jpeg

 

Jérôme est tout aussi enthousiaste que moi pour les 2 romans

 Les livres : La Tristesse des anges et Le coeur de l’homme - Jón Kalman Stefánsson - Traduction Eric Boury - Editions Gallimard

Commentaires

  • Même enthousiasme pour moi sur les deux premiers,le deuxième n'étant pas encore chroniqué.Le troisième,lui,n'est pas encore lu.

  • @ Eeguab : une belle trilogie, j'irai lire ton billet quand tu le feras, cette trilogie m'a vraiment donné envie de retourner à la lecture d'Halldor Laxness

  • Moui, un jour... Mais ton enthousiasme me fait vaciller... Ce n'est pas tristounet? Ou lent?

  • @ Keisha : triste ? non pas du tout malgré les intempéries, la dureté de la vie le livre regorge de vie

  • Prendre le/les facteur(s) comme lien entre les gens, les lieux, les idées et poèmes est une brillante idée, surtout dans des pays où l'isolement est loi de vie.
    Belle écriture, belle traduction et de la poésie, ça fait envie!

    Bonne journée Dominique.

  • @ colo : une belle idée et qui doit correspondre à ce qu'était la vie dans ses fjords éloignés, coupés de tout pendant des mois

  • Cela fait vraiment envie, le livre comme les images. un pays du froid pour changer?

  • @ miriam : trop tôt pour toi, ce n'est pas bon de changer trop brusquement de température :-)

  • J'ai emprunté la Tristesse des Anges...ce n'est pas grave si je n'ai pas lu le premier tome ? En tout cas, ça confirme mon envie de m'y plonger :)

  • @ Perrine : je crois que tu risques d'être un peu surprise et déstabilisée par le récit , je te conseilles de lire la trilogie dans l'ordre, le premier est en folio maintenant

  • Oui je suis enthousiaste parce que cette trilogie le mérite et je garde un souvenir absolument ébloui de La tristesse des anges qui restera pour moi LE roman de l'année 2013. Je suis ravi que tu sois toi aussi tombée sous le charme de cette fascinante saga et de la traduction exceptionnelle d'Eric Boury (je me répète mais on ne souligne jamais assez le talent de certains traducteurs).

  • @ Jerome : j'avais énormément aimé le premier et donc bien sûr surveillé la parution des suivants
    Si tu as aimé je te conseille "les annales de Brekkukot de Laxness, ça devrait tr plaire ( il y a un billet sur le blog)

  • j'ai été enchantée par la beauté de "Entre ciel et terre" mais n'ai pas encore lu les deux suivants qui me font pourtant envie.

  • @ nadejda : le second opus est magnifique, le troisième tient ses promesses avec un petit bémol pour le nombre de personnages qui dilue un peu l'intérêt mais c'est un tout petit bémol

  • Je n'ai pas accroché à Entre ciel et terre, à mon grand désarroi... J'en avais lu tellement de bien !

  • @ kathel : je crois que ce type de roman provoque l'engouement total ou le rejet , une de mes filles est restée totalement hermétique alors que nous avons souvent des avis identiques.

  • Beaucoup de force dans cette saga et ton enthousiasme lui donnera sans doute de nouveaux lecteurs. Tes illustrations aussi sont éloquentes.

  • @ Tania : une belle façon d'entrer dans la littérature Islandaise

  • J'avais été emballée pas Entre ciel et terre
    Je ris en lisant le commentaire de Keisha ,on m'a offert Le bonheur commence maintenant et suite à son billet je me suis lancée dans cette lecture c'est certain que le rythme n'est pas le même
    Bonne journée

  • @ Aloïs : C'est ce que j'aime dans la lecture, que l'on puisse passer de cette trilogie lente et toute en finesse, à des récits nettement plus olé olé

  • Tu nous emportes Dominique, on sent que cette lecture t'a amenée loin : une seule envie, celle de te suivre !!! MERCI, plein de bises. brigitte

  • @ Plumes d'Anges : une belle lecture et les paysages que j'imagine à la lecture des trois tomes y sont pour beaucoup

  • Bien je prends le lot et je les garde, tous les trois pour cet été quand il fera bien chaud ici !!!!
    Tu vois encore une fois je suis plus attirée par le sud mais j'aime bien le caractère des gens du grand nord!!!
    Au fait comment s'appelle le gamin ?
    Bonne soirée !

  • @ Enitram : les lire l'été c'est s'assurer d'un voyage hors du temps !
    le gamin et bien c'est le gamin !!

  • Que ça l'air beau! décidément tu as une manière de parler des livres qui me donnent envie de les découvrir!

  • @ Claudialucia : une très belle série et qui aura je le crois une belle réussite
    Ils font désormais partie de ma bibliothèque et je sais qu'un jour ou l'autre je les relirai

  • Belle écriture, cela me donne envie d'élargir moi aussi l'horizon de ma vie ...

  • @ Pâques : merci de votre passage ici

  • merci, j'ai vraiment envie d'essayer cette trilogie

  • @ Emma : pas certaine que je sois capable de lire votre blog mon anglais est un peu précaire mais merci de votre passage ici

  • J'ai trouvé une trilogie de ces gens du nord écrit par une femme du XIXe siècle :
    Les Gens de Hellmeyr, Vesle-Gabriel - (1er des 3 volets) de Amalie Skram

  • @ Anis : je note la référence car elle m'est totalement inconnue

  • Anis : je viens de pianoter et j'ai trouver la série des Gens de Hellmeyr en effet que je vais noter et certainement lire dans les mois qui viennent

  • Comme je sais que tu es très curieuse et cultivée , voici la vie de cette femme : Amalie Skram (1846-1904) eut un parcours étonnant. Épouse d’un capitaine au long cours puis d’un écrivain, femme de lettres dans une société d’hommes, son destin hors du commun la mena sur les mers déchaînées, dans les cercles littéraires norvégiens et danois, dans des asiles psychiatriques aussi. Contemporaine de Zola et ardente partisane du roman naturaliste, elle privilégie les thèmes du couple, de la culpabilité, du poids de l’héritage, ou de l’impuissance de l’Église.

  • @ Anis : là tu enfonces le clou totalement, j'avais noté la référence mais il est certain que je vais m'intéresser à cette auteure

  • Rien que les titres me mettent l'eau à la bouche, ton enthousiasme est contagieeux et si tu dis que le premier est en poche, je vais me laisser tenter.

  • @ sous les galets : en poche c'est parfait pour te faire une idée du thème et de l'écriture, ensuite si tu aimes .........

  • J'ai acheté "La tristesse des anges" sans savoir que c'était un tome 2, du coup je suis un peu coincée car le tome 1 ne me tente pas trop...

  • J'ai adoré cette trilogie, c'est absolument magnifique ! Je crois qu'il n'est guère possible de lire quelque chose de plus beau !
    J'ai noté la référence du livre "25 poètes islandais d'aujourd'hui, ça me fait très envie; merci !

Les commentaires sont fermés.