Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Vies de Job - Pierre Assouline

 Parcours dans le monde de la Bible deuxième étape 

jobetsafemme.jpg

Job et sa femme- Georges de La Tour

 Tout le monde connait Pierre Assouline, son blog, ses critiques, ses livres. Je ne suis pas une inconditionnelle, si j’aime ses biographies je n’apprécie pas vraiment ses romans, venant de terminer le livre de Meir Shalev j’ai enchainé avec  Vies de Job  c’est tout le plaisir des ricochets dans les lectures.

 

En choisissant la forme du roman Pierre Assouline s’offre la liberté totale, il ne fait ici ni oeuvre d’historien, ni de philosophe, mais oeuvre d’homme pour qui Job aujourd’hui est une figure obsédante et universelle. Partons sur les traces de Job, un peu partout dans le monde, dans la littérature, la peinture ou le théâtre. 

 

Job-_la-patience-de-Job-de-Segers.jpg

 Job par Gerard Seghers

 

" Ce livre que l'on garde autant qu'il nous garde, les juifs l'ont judaïsé, les chrétiens l'ont christianisé, les musulmans l'ont islamisé, les poètes l'ont poétisé."

 

Parlons d’abord du livre de Job lui-même, vous le trouverez dans toutes les bonnes Bibles, un livre assez court et qui hante énormément de lecteurs, croyants ou non :  Julien Green le portait en permanence sur lui dans un petit exemplaire relié nous dit Pierre Assouline. 

Job c’est l’homme dépossédé de tout : ses enfants, son troupeau et tous ses biens. Il est atteint dans sa chair même et se retrouve seul sur un tas de cendres. Il survit, il résiste et cherche à comprendre.

C’est un juste souffrant, "il est droit de coeur, intègre craignant-Dieu " et pourtant il se débat dans la nuit et la solitude,  il ne comprend pas où est sa faute, il exige des explications ! 

Cette histoire, cette parabole qui hante l’auteur va entraîner celui-ci à la recherche de Job, pour s’en approcher au plus près car Pierre Assouline a la conviction que cet homme qui n’a jamais existé, cet homme est toujours vivant parce que son influence est toujours présente et qu’aujourd’hui encore il aide les gens à survivre.

 

 

Une version fleurant bon le Québec

 

La recherche est celle d’un journaliste, une véritable enquête qui le conduit auprès des exégètes, des chercheurs, des théologiens, chrétiens ou juifs. Il va comparer des textes, comparer les traductions et tirer patiemment le fil de ce livre qui est sans doute antérieur à la Bible car on en trouve trace dans des textes mésopotamiens et même indiens.

Il va faire un séjour dans un monastère, fouiller la bibliothèque de l’Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem et interroger les érudits qui « lisent la Torah mieux que bien des juifs »

Son enquête autour de ce « un craignant-Dieu » le porte vers la philosophie et par exemple le thème de la souffrance développé par Marcel Conche dans Orientation philosophique. Mais il va aussi inviter à une promenade littéraire parmi ceux que le livre de Job a inspiré ou questionné : Kafka, Camus, Unamuno...

 

Roman ou bien sûr car Assouline s’accorde une grande liberté de cheminement qui laisse parfois la place à un livre très personnel qui le dévoile avec pudeur et émotion

« La mort de mon frère m’a éloigné de Dieu, celle de mon père m’en a rapproché »

Le témoignage de sa présence auprès de François Nourissier dans les dernières semaines de sa vie ou de ses échanges avec Carlos Fuentes qui a vu mourir ses deux enfants ou cette cette confidence qu'il livre : pendant un an et trois fois par jour Pierre Assouline a récité le kadish pour son père disparu.

 

Job sur le fumier.jpg

Job sur le fumier - Jean Fouquet

" On y trouve toutes les qualités du style ancien, la concision, la tendance à l'énigme, un tour énergique et comme frappé au marteau" Ernest Renan cité par Pierre Assouline 

C’est ce mélange qui m’a rendu ce livre très proche, je l’ai trouvé grave et intense, les digressions aidant à ne pas s’appesantir. Job fait déormais partie de la " famille de papier " de l'auteur et de la mienne.

C’est un livre auquel je reviendrai moi l’incroyante absolue, parce que c’est un livre qui touche tous les hommes bien au-delà de leurs croyances ou de leur appartenance à une religion. 

 

Le livre : Vies de Job - Pierre Assouline - Editions Gallimard

 

Commentaires

  • Bonjour Dominique.Passionnante présentation de ta part.Je pense que la Bible a effectivement beaucoup de trésors qu'il nous suffit de découvrir sans à priori.Et puis Assouline est un fameux biographe.

  • @ Eeguab : on retrouve dans ce livre sa virtuosité de biographe doublé de son parcours d'homme

  • La vie de Job ? A calligraphier sur du papier cigarette...

  • @ JEA : Tout ça grâce à un certain Jean Bardou en 1841 , en fait les initiales du monsieur séparées par un losange que tout le monde rapidement a assimilé à un O et J B est devenu JOB ......le dénommé Bardou nous dit Assouline ne s'obstine pas et dépose finalement la marque JOB !!!

  • Romans et biographies de Pierre Assouline que j'ai lus m'ont plu. J'avoue qu'avec ce livre là, je ne savais pas trop quoi faire, comment l'envisager... je ne suis pas sûre d'avoir envie de faire tant de chemin avec Job...

  • @ Ys : c'est un livre que je n'avais pas du tout repéré à sa sortie, c'est la lecture de Meir Shalev qui m'a incité à y regarder de plus près et puis ce livres me faisait de l'oeil sur la table des nouveautés de la bibliothèque ...hasard ...Depuis je l'ai acheté car il fait partie des livres que je souhaite pouvoir feuilleter quand bon me semble

  • Pouvoir entrer dans une librairie et expliquer que l'on cherche un Job...

  • @ JEA : Je crois que ce diable d'Assouline a fait le tour de la question et question boulot attention à la prononciation
    Il y a djob et job, remarquez que Job après les foudres divines se retrouve sans djob et sans un sous, un situation connue non ?

  • ailleurs, on me fait si souvent remarquer que ma prononciation est une dénonciation : je ne suis pas Français
    par chez moi on dirait plutôt : joooob, en mettant des sabots au "o" et jouant des prolongations

  • Je connais l'expression pauvre comme job et ce livre a l'air bien éclairant : si parfois j'ai envie de lire des livres sur la bible ou la bible elle-même, c'est bien parce qu'elle est une référence primordiale de la littérature ! Il est difficile par exemple de lire V.H. sans connaître la bible... Dès que j'ai un peu de temps, il faudra que je me penche sur ce livre.

  • @ maggie : V Hugo et sa légende, Pierre Assouline y fait référence bien entendu

    Tout reposait dans Ur et dans Jéridameth ;
    Les astres émaillaient le ciel profond et sombre ;
    Le croissant fin et clair parmi ces fleurs de l’ombre
    Brillait à l’occident, et Ruth se demandait,

    Immobile, ouvrant l’œil à moitié sous ses voiles,
    Quel Dieu, quel moissonneur de l’éternel été,
    Avait, en s’en allant, négligemment jeté
    Cette faucille d’or dans le champs des étoiles.

    inoubliable

  • Merci pour cette référence, je n'aurais sans doute pas remarqué sans toi!

  • J'avais trouvé ce livre passionnant, mais un peu difficile à suivre par moments...

  • @ L'Irrégulière : c'est une balade sans règle effectivement et Assouline dit que c'est pour ça qu'il a choisi le mot roman
    on ne retient pas tout mais j'aime ça car ainsi il y a quelque chose à prendre à chaque relecture

  • Il est certain que dans la littérature les références à la Bible et à Job sont nombreuses et d'ailleurs le livre d'Assouline me tente assez. Je crois que tu m'as bien convaincu en tout cas ! Merci ;-)

  • @ Malice : laisse toi tenter tu ne le regretteras pas

  • Pffou, tu me donnes envie de lire Victor Hugo, maintenant... j'avais juste appris "Lorsqu'avec ses enfants vêtus de peau de bête, Caïn se fut enfui... etc ... l'oeil était dans la tombe et regardait Caïn".
    Il n'y a pas qu'Hugo , il y a aussi toutes les oeuvres d'art bien de chez nous compréhensibles et appréciables grâce à la Bible. Quand je vais en Asie, j'ai un poil plus de mal à saisir la complète beauté des statues, temples, etc...

  • @ Dominique : je te suis totalement, je me sens tout à fait en phase avec l'art religieux non parce que je suis croyante mais parce que on baigne dedans depuis longtemps, Hugo et combien d'autres poèmes qui font référence de près ou de loin à la Bible, combien d'expressions, combien de métaphores ....

  • Je l'avais repéré à sa sortie, je vais commencer par regarder s'il est à la bibliothèque. J'avais peur que ce soit un peu aride, mais vu la façon dont tu le présentes, je ne le pense plus.

  • @ Aifelle : pas du tout aride, il y a alternance de passages 'sérieux" mais Assouline nous embarque avec lui pendant ses recherches et c'est passionnant

  • Tu m'as bien convaincue et je n'écarterai pas ce livre si je le vois maintenant, ce que j'aurais fait d'emblée sans ton article car mes priorités ne me portent certes pas en ce moment à une relecture de la Bible et surtout pas des pages sur ce malheureux Job dont je ne me sens jamais très loin, dans la crainte permanente de l'avenir!

  • @ Mango : c'est ce que dit Assouline : Job c'est nous !!!

  • Quelle belle présentation Dominique! Les illustrations sont fortes...Job sur le fumier...
    Je me disais que pauvreté semble être synonyme de maigreur, comme JOb, mais que ceci n'est pas toujours vrai en Occident!

  • @ Colo : je n'avais que l'embarras du choix tant il y a de représentations de Job, il a inspiré les poètes, les philosophes mais plus encore les peintres

  • Le livre a été présenté au printemps au CNL
    Hélas je suis arrivée un peu tard et il n'y avait plus de places
    J'ai trouvé sur le net les paragraphes consacrés à Nourissier.
    Ta conclusion me parle comme tu n'en as aucune idée
    Bonne journée

  • @ autour du puits : Je crois que nous sommes sur la même interrogation et la même réflexion, alors que j'ai lu ce livre emprunté en bibliothèque, je l'ai rendu et immédiatement acheté car il a toute sa place dans ma bibliothèque, mails il est difficile de dire plus tant cela relève de l'intime

  • @ autour du puits : Je crois que nous sommes sur la même interrogation et la même réflexion, alors que j'ai lu ce livre emprunté en bibliothèque, je l'ai rendu et immédiatement acheté car il a toute sa place dans ma bibliothèque, mails il est difficile de dire plus tant cela relève de l'intime

  • Je suis très intéressée par ce livre ! J'ai "découvert" ce que ce "le livre de Job" pouvait apporter dans un livre de Lytta Bassett, une femme pasteur. Moi, qui comme toi suis une incroyante, j'ai été bouleversée par ce texte et l'analyse qui en était faite à un moment difficile de ma vie. Il m'arrive d'y revenir pour reprendre courage quand c'est nécessaire. De nombreux textes de la Bible permettent ce genre d'expérience.

  • @ Annie : je viens de regarder un peu la biblio de cette auteure , peux tu me préciser de quel livre il s'agit car elle a beaucoup écrit
    merci d'avance

  • C'est un des livres du Livre qui parle le plus aux lecteurs non spécialistes, spontanément, car il est question de la souffrance sans cause et plus ou moins sans remède. Job est un compagnon de misère.

  • @ Dominique : un livre pour tous c'est bien ça

  • Assez loin de Job mais merci pour ce gentil rappel Scorsese Stones.Tu penses bien que j'y serai.

  • Je devine que ce livre doit offrir une déambulation intellectuelle passionnante avec la souffrance humaine au centre.
    Croyants ou pas, le Bible est source de sagesse pour tous et ses interprétations le rendent plus proche.
    Merci de promouvoir ces lectures !

  • @ Christw : j'aime bien l'idée d'une déambulation intellectuelle :-)

  • Ce livre doit offrir une déambulation intellectuelle passionnante avec la souffrance humaine au centre.
    Croyants ou pas, la Bible est source de sagesse et ses interprétations nous la rendent plus proche.
    Merci de promouvoir ces lectures !

  • Il y a quelque temps de cela j'ai eu envie de prendre la Bible pour lire Job et je me suis rendu compte que ce n'était pas du tout un texte démodé, mais bien actuel, s'adressant à tout le monde et le livre que tu présentes me tente vraiment ! :-)

  • @ Florinette : c'est je pense ce qui fait la profondeur des grands textes : ne jamais se démoder, être toujours parlant pour tous

  • J'hésitais à suivre Assouline sur ce terrain, ton billet me persuade du contraire.

  • en complément du texte de Assouline que nous n'avons toujours pas lu, la pièce de théâtre "les souffrances de job" du grand dramaturge israélien Hanok Levin sera représentée dans une mise en scène de Laurent Brethome dont nous venons de voir une magnifique mise en scène de Bérénice de Jean Racine.

    Pierre Assouline a consacré un papier sur ce spectacle: http://passouline.blog.lemonde.fr/2010/01/24/job-na-pas-fini-de-nous-deranger/

    Site du théâtre de l'odéon:
    http://www.digitick.com/les-souffrances-de-job--css5-odeon-pg51-ei143221.html

  • @ Carmadou : merci infiniment même si je suis trop loin pour en profiter il y a ici des lecteurs parisiens qui vont certainement noter le lien

Les commentaires sont fermés.