Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lune de loups - Julio Llamazares

Pour se remettre en mémoire le putsch raté de février 81 et revenir à cette terrible guerre d'Espagne..........

lunedeloups.gif

J’aime remonter dans mes souvenirs lorsque je lis, en ouvrant Lune de loups je me suis demandée quel a été le premier livre que j’ai lu sur la Guerre d’Espagne. Ce fut un roman de Michel del Castillo Tanguy vers 12/13 ans puis beaucoup plus tard vint Malraux (que je n’aime pas du tout, voilà c’est dit) puis bien sûr Hommage à la Catalogne d’Orwell
Le sujet est toujours d’un grand intérêt pour moi et j’ai poursuivi mes lectures au fil du temps avec  Laurie Lee
C’est à Thierry et Claude que je dois cette lecture et je suis heureuse de payer ma dette car ce livre est magnifique

Ils sont quatre frères de combat en 1937, la guerre est presque perdue pour les républicains, ils ont pris le maquis dans la cordillère Cantabrique. Ils se sont réfugiés dans la montagne où ils savent pouvoir trouver nourriture, appuis, et échapper aux franquistes qui n’osent pas s’aventurer aussi loin, aussi haut.
Ils veulent encore combattre à leur façon, Ramiro et son jeune frère Juan, Gildo et Angel le narrateur,  ils reviennent chez eux, sur leurs terres, là où ils connaissent les sentiers, les fermes, les granges, les caches possibles.
Il faut inverser les habitudes " Le jour nous dormîmes cachés dans les fourrés. Et au crépuscule, lorsque les ombres commencèrent à s’étendre sur le ciel, affamés et fourbus, nous reprîmes la route. "
Les grottes, les vieilles mines vont leur servir d’abris, ils échappent aux embuscades tendues dans les villages.

monts_cantabriques_1.jpg

Ils sont devenus invisibles même pour leurs familles qui en subissent les conséquences. Tout est dur, trouver de la nourriture, de l’argent, des armes, petit à petit les villages ferment leurs portes. La peur s’est insinuée partout " terrorisés, partagés entre la compassion qui les incite à nous venir en aide et la peur, chaque jour plus grande, des représailles. "
La lutte se poursuit de saison en saison, d’année en année. Ils utilisent les éléments pour se soustraire à leurs poursuivants " le brouillard nous ensevelit dans un blanc mugissement "
Qui pourrait résister à six hivers dans le froid, aux alertes au moindre bruit suspect, à l’humidité des caches "La grotte, malgré les plaques de tôles que nous avons apportées de la vieille baraque pour en tapisser la voûte et les parois, est humide et glacée."
1937, 1939, 1943 : Combien de temps les hommes peuvent-ils tenir ?
Ne plus faire partie de la communauté est insupportable, les frères et soeurs se marient, des enfants naissent, des parents meurent, il faut être toujours loin, toujours invisibles.

Julio Llamazares réussi un récit où l’amitié, les convictions, le désespoir, la solitude, se donnent la main. Le récit est sombre, dense, d’une grande simplicité, les mots sont rugueux, ils ont le parfum du maquis.
Certaines scènes vous resteront en mémoire longtemps.

Faites une place à ce livre dans votre bibliothèque

Le livre : Lune de loups - Julio Llamazares - Traduit de l’espagnol par Raphaël Carrasco et Claire Decaëns - Editions Verdier

Pour poursuivre votre lecture des références de livres lus et d'autres que vous me signalez sur la guerre d’Espagne et le franquisme

Voix du Pamano de Juan Cabré  chez Christian Bourgois lu Par JEA
Le septième voile de juan Manuel de Prada chez point seuil  lu par Autourdupuits
Les exilés de la mémoire de Jordi Soler chez 10/18 lu par Nadejda

Et lus par Ivre de livres :
Instants de guerre de Laurie Lee chez Phébus

Les Soldats de Salamine de Javier Cercas chez Actes Sud Babel
Le Crayon du charpentier de Manuel Rivas chez Gallimard folio

Commentaires

  • Soyez remerciée pour ce billet à propos d'un livre hélas trop ignoré, peut-être pour cause de Maison d'édition trop peu médiatisée ?
    Une longue interruption de mon blog m'a seule empêché de jeter comme vous et à la mer des indifférences une bouteille avec cette "lune des loups".
    Quant aux "Voix du Pamano" de Jaume Cabré, trois fois hélas, elles sont restées quasi ignorées dans leur traduction française (Christian Bourgois, 2009, 743 p.). C'est désespérant.

  • @ JEA : merci pour cette référence supplémentaire, je viens d'aller voir et le livre de Cabré est toujours disponible
    C'est un sujet qui me touche et il ne faut pas désespérer car même pour ceux que le sujet intéresse ce n'est pas facile de toujours remarquer ce qui sort, les bons livres sont parfois tellement perdus au milieu de parutions insipides
    J'aurai ignorer ce livres sans les deux billets que je signale

    je vais ajouter les références trouver dans tous les commentaires

  • Un livre urgent a lire une après midi de cafard inutile pour faire un plongeon dans la volonté de survivre, le courage de tendre la main, d’aller de l’avant quand autour de vous tout s’écroule, de la persévérance d’aller au bout de soi pour rester vivant ou pour rendre hommage a un père décédé et puis rire et puis l’amitié.

    Un livre qui prend aux trippes et, que m’a permis d’avoir une sensation mitigé lors de ma visite au Valle de los Caidos et de me dire que les dictateurs aussi grands et puissants soit-ils, finissent toujours par chuter parce que des petits hommes deviennent de géants par leur courage.

    Il n’est jamais trop de le dire que la guerre civile espagnole a durée de 1936 a 1939 et à fait plus de quatre cent mille morts parmi les civils.

    A lire, a lire, a lire….

  • @ Armando : si ton commentaire ne finit pas de convaincre les blogueurs c'est qu'ils sont en bois !!!

  • Un beau billet illustré d'une magnifique photo.
    Personnelle?
    Sur le sujet,un peu romancé mais un beau livre aussi Le Septième Voile.
    De Laurie Lee à lire aussi plus léger Rosie ou le goût de cidre et Un beau matin d'été.
    Ces livres sont toujours à portée de main j'aime bien en relire un passage de temps en temps
    Bonne journée

  • @ autourdupuits : non hélas la photo n'est pas de moi, elle vient d'un site marchand sans intérêt en plus !
    Un beau matin d'été est un très bon souvenir de lecture et Rosie aussi

  • Un livre que je note car j'ai envie d'en savoir plus sur cet évènement.
    Merci à toi d'en parler.

  • @ Dimitri : je peux de promettre une très bonne lecture

  • Étonnant... je suis en train de faire une liste de romans sur la guerre d'Espagne en vue d'un échange à venir avec Emmyne sur un thème que nous avons intitulé "Pages d'Histoire" et pour lequel j'ai choisi la guerre d'Espagne. Beaucoup d'écrivains ont pris part à cette guerre et relaté leur expérience de façon plus ou moins fictionnelle, n'oublions pas Hemingway. Comme toi, je n'aime pas Malraux, mais alors, pas du tout, pas plus ses livres que lui. Et Michel del Castillo ne me tente pas...
    Je te remercie donc pour la découverte du jour que je m'empresse de noter.

  • @ Ys : j'adore les coincidence des blogs , c'est très sympathique, j'irai lire vos billets à toutes les deux, Hemingway bien sûr , Tanguy est un beau roman sur l'enfance mais c'est ce récit qui m'a très jeune fait comprendre le mot "guerre civile"

  • J'ai peu lu sur la guerre d'Espagne me semble-t'il, j'avais commencé par Hemingway. Je note bien sûr.

  • @ Aifelle : c'est à lire vraiment

  • J'ai lu deux autres livres de llamazares parus chez Verdier mais pas celui-là. Je vais y remédier, grâce à vous, d'autant plus que cette période de la guerre civile espagnole me touche et me passionne vu les enjeux que cela a représenté et les souffrances toujours à vif pour beaucoup de ceux qui ont eu des proches directement touchés ou qui descendent de réfugiés espagnols exilés en France.
    Les voix du Pamano de Jaume cabré est un superbe livre. Celui de Jordi Soler "les exilés de la mémoire" aussi car il parle de ses grand parents catalans qui, après être passés par l'horreur des camps français de réfugiés, ont réussi à rejoindre le Mexique pour s'y installer. C'est un épisode moins connu.
    Merci encore et Bonne journée

  • @ nadejda : j'ai très envie de lire : pluie jaune, Claude qui m' a orienté sur lune de loups à fait un billet qui m'a donné envie
    C'est un sujet passionnant et en lisant vos commentaires je vois que j'ai encore de quoi découvrir

  • Je croyais Verdier abonné aux couvertures jaunes?
    Dans L'homme qui aimait les chiens (Padura) on croise Orwell, ainsi que dans Les maitres de Glenmarkie (Ohl). Mais juste croisé!
    A part ça je ne connais pas grand chose à cette guerre, juste les grands traits.
    Laurie Lee? Coincidence, j'ai noté cet auteur lors d'un passage en bibli, mais pas noté de titre... Quand je suis à la bibli et qu'un livre m'attire mais que je n'ai pas le temps, je note, maintenant, histoire de ne pas perdre l'info. Sinon, c'est comme à Venise, on ne retrouve jamais l'endroit où on voulait revenir, il vaut mieux y aller tout de suite (à part les endroits principaux, évidemment, je parle là des ruelles)

  • @ Keisha : je fais comme toi mais de temps en temps je me perds quand même
    Lis Laurie Lee c'est délicieux : un beau matin d'été est une bonne façon de démarrer je crois que Nanne avait fait un billet il y a quelques mois
    Verdier a aussi une collection de poches et ils ne sont pas jaunes :-)

  • Oh, oui, un livre magnifique, poignant!
    J'ai revu il y a peu le film "les soldats de Salamine" de Fernando Trueba.., je ne sais s'il est passé en France...?

  • @ Colo : je ne savais même pas que c'était un film , je vais voir sur amazon s'il est en DVD le livre est magnifique et celui là aussi
    Il faut que je lise le dernier Cercas mais le rendement faibli en ce moment, le travail me bouffe littéralement

  • Mes plus vieux souvenirs (indirects !) de la guerre d'Espagne sont Malraux et Hemingway. J'ai adoré Pour qui sonne le glas, mais il n'a pas résisté à une relecture ! J'ai lu aussi Les soldats de Salamine, dont le souvenir est un peu flou. (J'ai vu Javier Cercas récemment à la fête du livre de Bron, cela m'a rafraîchi un peu la mémoire)... Bref, je prends note du roman que tu viens de livre et de l'autre que tu cites, je sens qu'ils pourraient me plaire.

  • @ Kathel : le crayon du charpentier doit existé en folio , c'est vraiment excellent et lune de loups remarquable et poignant
    Je ne relis pas Hemingway parce que comme toi je pense que ça ne tiendra pas la route

  • Merci pour ce billet qui confirme ma sélection effectuée pour Ys. J'ai très peu lu sur ce sujet, à part Hemingway, une lecture que je n'ai pas oublié, c'est l'occasion grâce à ces échanges sur les blogs. J'ai eu le coup de coeur pour un titre et j'en ai repéré un autre qui me paraît très intéressant sur le thème, je regrette de ne pouvoir te les indiquer ici, tu comprendras pourquoi...

  • @ emmyne : j'irai voir vos blogs respectifs parce que ma curiosité est toujours en éveil et découvrir de nouveaux titres sur un sujet qui passionne c'est un plaisir

  • Que la montagne est belle mais que cette guerre a été cruelle et encore je ne la connais pas bien. Je retiens toutes les références que tu donnes et je lirai avec grand intérêt les billets communs de Ys et de Emmyne qui s'annoncent.

  • @ Mango : ce seront les billets de Ys. Pour ma part, j'ai choisi comme période La Belle Epoque. Même si je lis certains des livres destinés à Ys, je ne les chronique pas pour ne pas lui gâcher la découverte ( ou alors, il faudrait une LC avec elle -)

  • @ emmyne : la belle époque : tout un monde à découvrir, on viendra !!!

  • Le sujet, ton billet, les commentaires... C'est noté, Dominique. Bon week-end.

  • @ Tania : bon week end à toi aussi , je vais aller jeter un oeil à l'expo dont tu parles

  • Pour comprendre la guerre d'Espagne, je ne saurais te conseiller l'ouvrage de Hugh Thomas qui est un incontournable pour découvrir cette période historique qui a fait basculer l'occident dans la 2e GM. J'avais beaucoup aimé "L'espoir" de Malraux, mais visiblement tu n'accroches pas avec lui ! Il y a aussi "10 jours en Espagne" d'Elsa Triolet sur son expérience du front au cours de cette même période. Enfin, je ne pourrais que te conseiller "Voix endormies" de Dulce Chacon et "Requiem pour un paysan espagnol" de Ramon Sender ... De belles rencontres en perspective !

  • @ Nanne : j'ai lu "Requiem" et je ferai un billet très prochainement et j'ai noté pas mal de références autour de ce sujet , je note "voies endormies" que je ne connais pas non plus : merci à toi

  • Ça me semble correspondre à ce que j'aime : un contexte fort, des personnages bien brossés. Je prends !

  • @ Yv : je te souhaite une aussi bonne lecture que moi

  • Et moi aussi, c'est Tanguy et puis Pour qui sonne le glas..
    Parmi mes coups de coeur (comme ivre de lire) commentés lors de mon dernier voyage en Espagne : les soldats de Salamine de Cercas et Le crayon du charpentier de Manuel Rivas. Magnifiques romans! A lire!!

  • @ Claudialucia : on a bien des lectures en commun, je te recommande ce roman il est vraiment de ceux qui peuvent te plaire

  • @ Claudialucia : on a bien des lectures en commun, je te recommande ce roman il est vraiment de ceux qui peuvent te plaire

  • j'en ai lu un autre de lui, mais qui n'est pas sur la guerre d'Espagne, "pluie jaune", un roman qui porte bien son nom et vous transporte dans un petit village de montagne abandonné, ou presque. Une écriture tout en camaieu de jaunes, de couleurs d'automne, de temps révolus...très beau et très triste. Je n'en ai pas vendu un seul, snif..je vais le recommander, tiens!

Les commentaires sont fermés.