Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'attente du soir - Tatiana Arfel

L’attente du soir - Tatiana Arfel - Editions José Corti

l'attente.gifLes Editions Corti découvreurs de talents, nous propose Tatiana Arfel après Julie Mazzieri
Un récit à trois voix, à trois personnages. Chaque personnage détient sa propre voix, évolue dans son monde et lit sa partition.
Il y a Giacomo, directeur du cirque du même nom, clown blanc qui dresse des caniches et fait naître des symphonies parfumées.
Né dans une roulotte, sa vie c’est le chapiteau et ses couleurs. « ..mon premier souvenir, celui du monde clos, se prolongeait à l’infini dans cette communauté d’hommes et de femmes qui, chaque jour, tendaient à redonner un peu de couleurs à notre monde si fade et si hurlant à la fois. »
Giacomo est fataliste, il sait que Le Sort le rattrapera, Le Sort qui apporte le malheur «...le sort rejoindrait toujours nos caravanes pourtant mobiles et capricieuses pour se servir en chair fraîche et en larmes qu’il affectionne beaucoup. »

Il y a Melle B.  Jamais le regard de sa mère ne l’a caressée, jamais les bras d’un père ne se sont fermés sur elle. Elle avance dans la vie invisible, transparente, absente « Mon corps (...) était sans nerf, mes yeux sans regard et mon coeur sans émoi. »
La folie rôde « Je me couchai, en proie à des fusées d’idées qui rendaient la peau de mon crâne de plus en plus transparente »
Elle récite des tables de multiplication lorsqu’elle est en proie à l’angoisse. Et puis elle a « un trou dans la poitrine » quelque chose lui manque qui lui a été enlevé.

Et il y a le Môme. Enfant abandonné à lui-même, il découvre le monde par le brillant du soleil et le froid de la boue du terrain vague où il vit. Il découvre les goûts par  « le jus blanc » de l’herbe dévorée, le piquant et l’âcre des aliments trouvés dans les poubelles, les odeurs des flaques d’eau et de la terre gelée.
La seule chaleur reçue est celle d’un chien qui devient son lien avec le monde, mais ce lien va se rompre et il connait la douleur
« Il y a de l’étranger dans son coeur. Ça fait mal, mais pas de froid ou de faim. Ça brûle et ça pique mais on ne peut pas l’arrêter en mangeant ou en dormant. Ça vient du dedans, il n’y a rien a faire ».
Mais le monde va venir au môme par les couleurs,  va s’éclairer et s’élargir par les couleurs, le bleu des sacs poubelle, le rouge d’un vieux tapis, « le jaune et l’espoir ». Les couleurs remplacent les mots et deviennent langage.

Trois univers que tissent Tatiana Arfel, la parole est donnée à ceux qui ne peuvent parler en mots ou dont les paroles ne sont jamais entendues. De son travail en psychiatrie elle a rapportée la connaissance de l’autre et de sa souffrance, des possibilités infinies de l’être humain, de l’importance des mots mais aussi d’autres langages.
La première partie du roman s’intitule « Un plus un plus un », puis dans une seconde partie se révèle la possiblité de compter pour quelqu’un
«  deux plus un » de n’être plus seul ou de l’être moins.
Le récit est ponctué par les étapes du cirque, par le temps qui passe pour les trois personnages qui marchent les uns vers les autres pour être enfin « quelqu’un pour quelqu’un.»

C’est un roman foisonnant d’une imagination très riche, pleine d’odeurs et de couleurs.
J’ai été prise par ce texte d’une grande force et d’une très grande humanité.

Un premier roman pour lequel je vous invite à faire une place dans votre bibliothèque



L’auteur
« Je suis née en 1979 à Paris. J’ai toujours écrit, depuis petite, des histoires, des poèmes, des contes. Le passage dans les classes littéraires d’un lycée parisien élitiste m’a fait perdre tout goût d’écrire. Je me suis orientée vers des études de psychologie clinique et psychopathologie (DESS). Pendant mes stages en hôpital psychiatrique j’ai imaginé mettre en place des ateliers d’écriture pour valoriser la créativité tout en permettant la décharge par l’écrit du trop-plein de souffrance. Je me suis inscrite d’abord à des ateliers d’écriture, puis des formations à l’animation, et me suis remise à écrire. J’ai alors écrit des contes, nouvelles, poèmes, puis mon premier roman, en 2006. Ensuite j’ai repris mes études et passé un DEA de littérature.
Depuis mes vingt ans j’ai exercé toutes sortes de travaux alimentaires : employée en restauration rapide, serveuse, agent hospitalier, secrétaire, distributrice de prospectus, chargée d’assistance-rapatriement, secrétaire... Mon travail alimentaire compte peu, il me sert à subsister et doit surtout me laisser du temps pour écrire.

Aujourd’hui, j’effectue de temps en temps des missions de psychologue en entreprise. J’anime des ateliers d’écriture, notamment dans une association de femmes atteintes de cancer. Je travaille sur un projet d’ateliers d’écriture sur la souffrance au travail, que j’ai longuement côtoyée lors de mes petits boulots (violence de la productivité, absence de reconnaissance, bureaux en open space, harcèlement moral, troubles physiques et psychiques). Je veille par-dessus tout à garder du temps et de l’énergie pour écrire. J’ai deux romans en projet, l’un justement portant sur la souffrance au travail et l’autre racontant l’autobiographie d’un homme souffrant d’une absence totale de présence au monde. »
Source : l’éditeur

Commentaires

  • très tentant, me semble-t-il, à travers ma sacrée poussée de fièvre (un truc non aimé qui se venge ?)

  • @ Brigitte le côté merveilleux du roman doit pouvoir faire bon ménage avec la fièvre, mais l'aspirine ou le paracétamol c'est bien aussi :-))

  • Absence totale de présence au monde, dit l'auteur pour finir - comment vivre alors?
    Ce récit à trois voix semble très intrigant, intense, en effet.

  • Très intrigant. J'ai noté soigneusement ce titre dans mon petit carnet avec le nom de ton blog à côté. Je pense que je vais me le procurer très rapidement : nous avons le même âge avec cet auteur... mais un parcours, sur la forme, assez divers et identique, mais sur le fond... de mon côté ce serait plutôt : compta-litterature-boulots alimentaires, alors qu'elle remplace la compta par la psycho... lol. Et je n'ai pas encore terminé mon premier roman... snif.

  • @ Oui Tania un roman intense et très humain

    @ Léthé: je crois que son expérience auprès de patitents atteint dans leurs émotions a fortement contribué à ce roman bonne lecture

  • Bonjour: des mots dits, d'autres tus; des mots habillés et d'autres nus...une vie de mots tressés avec votre histoire de vie! Vous me faîtes penser à la philosophe Simone V., une vie en creux pour remonter la crête! Rosario

  • @ Merci pous ces mots très gentils et merci de votre visite

  • Ayé, j'ai mis ton très beau billet en lien :)

Les commentaires sont fermés.