Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Bribes d'Hermann Hesse

manarola-small-town-riomaggiore-province-of-la-spezia-liguria-northern-italy-868978183.jpg

 

 Près de la Spezia

 

La mer en mesures égales

Chante. Le vent d’ouest hurle et rit,

Les nuées passent en rafales

Sans qu’on les voie il fait trop nuit.

 

Et je songe qu’ainsi ma vie

Ténébreuse, sans réconfort

Sauvage ouragan s’est enfuie

Dans l’âpre nuit, sans astres d’or.

 

Mais est-il nuit assez obscure 

Ou voyage assez incertain

Pour n’être pas promesse sûre

D’un proche et lumineux matin ?

 

Le livre : Poèmes choisis - Hermann Hesse - Edtions José Corti

Commentaires

  • Beau poème: j'aime beaucoup!

  • Cette dernière strophe pour porter la journée, merci Dominique.

  • Le dessus et le dessous des vagues, nos jours et nos nuits...
    Lumineuse journée à toi

  • J'aime beaucoup la photo et son adéquation au poème !

  • Toujours pas lu H.Hesse poète. Merci pour l'initiation :)

  • Toujours pas lu H.Hesse poète. Merci pour l'initiation :)

  • Très beau poème, heureusement que la fin vient tempérer la noirceur du début.

  • Beau poème, le premier de Herman Hesse que je lis. C'est pourtant un écrivain qui m'a accompagné autour de mes 20 ans et que j'ai relu depuis avec joie. Je recopie ce poème et ai envie d'en découvrir d'autres

  • Oui, dominique, oui, je tombe sur ce nom là, j'y pense (mais avec ses poèmes? hum)

  • moi non plus je ne connais pas Herman Hesse poète. j'ai lu "Le jeu des perles de verre" tous les 10 ans pendant une période de ma vie...il y a longtemps déjà....Merci Dominique pour ces poème qui fait écho aux tempêtes internes....
    Printemps du livre de Grenoble ce we...alors "rencontres" avec des écrivains pendant 3 jours. on va se régaler

  • Très beau poème qui me réconcilie avec l'auteur du Loup des steppes qui m'avait quelque peu désarçonné. A bientôt.

  • Que j'aime la poésie, c'est un grand bonheur, merci Dominique.
    Je ne connais pas celle d'Hermann Hesse. Je garde "religieusement"son Siddhartha (un de mes premiers billets sur P. d'Anges), je n'ai que survolé "le jeu des perles de verre" il y a très longtemps, j'avoue ne pas avoir compris grand chose, il faudrait peut-être que j'y revienne... ?
    Bises et heureux week end. brigitte

  • je crois que je ne me ferai jamais à la poésie traduite
    les idées sont belles mais pour moi la poésie c'est la musique et je ne trouve pas que ce poème chante en moi "sans astres d'or" ???
    Sinon j'ai beaucoup Hesse autrefois et j'ai beaucoup aimé
    Luocine

  • Je ne connaissais pas H Hesse en poésie versifiée. Aucune nuit n'est assez noire pour perdre espoir.

  • Une dernière strophe qui laisse un espoir! Et une image d'un petit village extraordinaire. On a l'impression qu'il est prêt à tomber dans la mer!

  • @@@@@@@@
    Quelques soucis familiaux ne me permettent pas de répondre de façon régulière
    je suis sûre que vous me pardonnerez cette réponse rapide pour vous dire que si je suis intéressée par Hesse romancier je préfère de loin l'essayiste mais aussi le poète dont l'oeuvre est un peu mélancolique mais ce qui ne m'empêche pas de l'aimer beaucoup

  • La promesse sûre du matin, c'est beau. Merci.

  • Très beau poème !!
    Quand je suis passée dans cette ville la mer était d'un calme olympien...

  • Une belle découverte avec ce poème à la musicalité résonnant à mon oreille.
    Par ailleurs ce poème épouse le creux de la vague et revient en force avec l espoir final.
    Merci.

Les commentaires sont fermés.