Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Histoire de Tönle - Mario Rigoni Stern

Un classique en Italie

 

roiter3.jpg

© Site officiel de Fulvio Roiter.

 

Profession : berger contrebandier

Nom : Tönle Bintarn 

 

En 1866 sur le plateau d’Asiago, en Vénétie à la frontière du royaume d’Italie et de l’Empire austro-hongrois, Tönle Bintarn tente de faire vivre sa famille. Le troupeau ne suffit pas

et chaque printemps Tönle s’arrache à tout ce qui fait sa vie, sa ferme qui  « avait un arbre sur le toit : un cerisier sauvage », sa famille, son plateau, et franchit la frontière.

Cette année il est allé jusqu’à Ratisbonne et au retour pour son malheur, son chargement sur le dos, il bouscule un douanier.

Cela lui vaut une condamnation par contumace qui va le rendre fugitif pour de longues années. 

C’est cela la vie de Tönle, l’hiver bien caché au creux de sa ferme, dormant dans le grenier pour avoir une échappatoire au cas où; et sur les chemins de l’Empire Austro-Hongrois 9 mois par an.

Colporteur, mineur, passeur de tabac, jardinier au Château de Prague, parlant plusieurs langues, ses pérégrinations le portent loin de son Italie natale, il joue à saute frontières et s’enfonce jusqu’aux Carpates, jusqu’en Russie.

 

 

slovénie.jpg

Les dangers sont nombreux, les carabiniers bien sûr mais aussi les filous, les crevasses, les tempêtes de neige, les loups et la faim omniprésente.

Et pendant ce temps la vie s’organise sans lui « Quand il avait pris la clef des champs, sa femme était enceinte de deux mois à peine et il ne le savait pas encore. Maintenant une petite fille était née » lui rapporte de quoi vivre et augmenter le troupeau «  il ôta sa ceinture, la décousit avec son couteau et fit glisser dans sa main les gulden d’argent ».

 

70880_b.jpg

 

Quand l’amnistie de son délit arrive c’est bien tard et très vite là c’est l’attentat de Sarajevo et le plateau d’Asiago va d’un seul coup devenir ligne de front. 

 

asiago.jpg

Asiago pendant les combats

Dans ce superbe roman, Mario Rigoni Stern ne fait par un récit de la guerre mais de ses conséquences sur Tönle et ses pareils. Des hommes pour qui l’Europe est une réalité, qui sont toujours sur la corde raide un pied dans chaque pays mais qui ne comprennent pas la nécessité de se battre pour ces frontières.

Tönle est marqué par la fatalité et précipité dans l’Histoire. Fini pour lui les splendides couleurs du plateau d’Asiago, fini les prairies verdoyantes, fini le cerisier sur le toit de sa maison. 

Récit intense, lumineux et poétique, dans lequel Mario Rigoni Stern a le souci du détail d’un miniaturiste. 

 

Un petit livre qui trouvera assurément place dans votre bibliothèque

 

 

Le livre : Histoire de Tönle - Mario Rigoni Stern - Traduction de Claude Ambroise et Sabina Zanon Dal Bo - Editions Verdier poche

Commentaires

  • J'ai pris beaucoup de plaisir à lire Mario Rigoni Stern dans deux livres précédents, je note celui-ci pour continuer.

  • @ Aifelle : peut être celui ci est-il pour moi le meilleur

  • Merci Dominique pour ce rappel à Mario Rigoni Sterne quie est, sans conteste un classique...peu de gens le sont devenus de leur vivant; il est mort il y a quelques années après nous avoir donné, sur le tard, une oeuvre riche, essentielle.
    Les bibliothèques publiques (que je défendrai toujours et on ne le fait pas assez!)ont la plupart du temps ses livres...c'est vrai aussi que avoir certains livres dans sa propre bibliothèque permet de les lire, relire, prêter aussi et c'est un grand bonheur.
    Le style de Sterne est une merveille de simplicité rigoureuse comme de marcher sur un sentier où il s'agit, à chaque pas, d'utiliser ses gestes, sa posture, son souffle au mieux, de nourrir ainsi sérénité et plaisir...
    Je remets Stern sur le dessus de ma mémoire de lectrice

  • @ Mineck : j'ai commencé à le lire à cause de l'éditeur qui est un éditeur de ma région, ensuite j'ai lu par goût en bibliothèque et puis je me suis constitué un rayon Rigoni Stern où je vais piocher de temps à autre parce que comme le dit Pascale c'est vraiment l'excellence

  • Ah Rigoni STern... Quel homme ! Je n'ai pas lu celui-ci, un manquement qu il va me falloir réparer !

  • @ Hélène : si tu aimes l'auteur lis lis celui là il est superbe

  • Un classique que tu donnes fort envie de lire à ta suite, c'est noté.

  • @ Tania : un livre qui devrait te plaire

  • Par la qualité de votre compte-rendu vous nous donnez vraiment envie de lire ce dernier récit de Mario Rigoni Stern.
    Un auteur dont la qualité d' écriture devrait être mieux connue.
    Belle information de votre part, bravo!

  • @ Versus : merci de ce commentaire très positif mais on n'a aucun mal à faire un billet avec un tel auteur et ce roman là

  • Tu es dans l'excellence en ce moment, avec Giono, Rigoni Stern... Ce livre fut le premier lu de lui, depuis je relis son oeuvre comme celle de Giono et de quelques autres, un peu chaque année.

  • @ Pascale : l'excellence c'est le bon mot, des auteurs dont on ne se lasse pas et que l'on a autant de plaisir à relire qu'à lire

  • Je pensais à lui, justement. Ma bibli possède une palanquée de ses livres, j'en ai emprunté un, juste démarré, puis rendu, mais bah, je sais où le trouver!

  • @ keisha : ce roman là est vraiment la quintessence de l'écriture de Rigoni Stern : la guerre qui l'a hanté toute sa vie, le monde rural et sa région qu'il aime tant

  • Je pensais à lui, justement. Ma bibli possède une palanquée de ses livres, j'en ai emprunté un, juste démarré, puis rendu, mais bah, je sais où le trouver!

  • C'est un auteur qu'il faut que je découvre !

  • @ Kathel : à lire absolument

  • Un livre de ceux que je n'ai pas encore lus de lui, mais cela ne saurait tarder tant j'ai plaisir à me retrouver sur son plateau d'Asiago et ses magnifiques montagnes... Je viens de terminer "le vin de la vie" ! L’imbécillité des frontières comme l'a écrit aussi Paolo Rumiz, lui, originaire de Trieste...
    Ah le cerisier sauvage poussé sur le toit, qu'on retrouve dans un autre de ses livres...
    Belle journée à toi!

  • @ Enitram : ce cerisier est un souvenir fort, la marque de sa maison !
    j'ai aimé aussi le vin de la vie ....
    Celui là te plaira c'est certain

  • La sagesse est nichée dans la simplicité des coeurs... Encore un bel auteur Dominique ! Et tes photos me donne l'envie de marcher et de vivre la nature, merci ! Bises. brigitte

  • @ Plumes d'Anges : un bel auteur, connaissant tes goûts je te recommande son opuscule qui s'appelle : Saisons

  • Celui-là je l'ai lu et c'est un petit livre magnifique que ta sélection de photos illustre parfaitement

  • @ nadejda : on se retrouve comme en famille :-)

  • A lire et à ranger sur l'étagère où se trouve Rumiz!

  • @ miriam : Rumiz le saute frontières j'ai du mal à le classer mais oui pourquoi pas à côté de M R S

  • MRS lu sept fois, un merveilleux conteur Mais comment sa carrière littéraire a-t-elle pu être aussi discrète? A qui la faute?

  • @ Eeguab : oui on en peut que le regretter, je crois que cela tient à plusieurs facteurs, d'abord il est publié dans plusieurs maisons d'édition ce qui n'est jamais un avantage
    Très peu de ces livres sont en version poche
    Enfin son éditeur principal est un peu confidentiel
    A nous lecteurs de le mettre en vedette de façon à le faire mieux connaître

  • Découvrir les classiques d'autres pays est pour moi un des grands plaisirs de la lecture. Celui-ci a vraiment tout pour me plaire, alors merci beaucoup pour cette découverte.

  • @ Passage à l'Est : un auteur à ne pas rater, selon vos goûts il y a des textes très poétiques, des textes sur les guerres, des romans comme celui là et un magnifique hommage à son ami Primo Levi

  • Un beau thème, très probablement connu de beaucoup de gens par ici. Je note cet auteur que je n'ai jamais lu. Merci Dominique !

Les commentaires sont fermés.