Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Et qu'un seul soit l'ami La Boétie - Jean-Michel Delacomptée

L'un et l'autre : Montaigne et La Boétie

 

SarlatMaisonBoetie.jpg

                                       Sarlat maison de La Boétie

 

Dans une courte présentation de ce livre Olivier Barrault parle de fraternité d’élection pour cette collection on peut étendre l’expression à l’amitié dont il est question ici.

L’amitié de Montaigne et La Boétie tient de la légende pourtant La Boétie reste un peu mystérieux, seul persiste son Discours sur la servitude volontaire. 

 

boétie.jpg

                                 "Parce que c'était lui "   © Pascal Moulin

 

Jean-Michel Delacomptée se dit insatisfait des protestations d’amour de Montaigne pour La Boétie, il revient ici  sur la personnalité et la vie de La Boétie et sa rencontre avec Montaigne.

La Boétie était laid mais pourtant « jouissait d’une autorité naturelle qui, malgré sa modestie, le portait sur le devant » 

C’est un beau personnage ! une « extrême droiture » et un « extrême souci du bien public ». 

On ne sait pas précisément ce qui le poussa à écrire et plusieurs hypothèses sont envisagées mais les convulsions de l’époque sont nombreuses et trois évènements peuvent être à l’origine du Discours : un soulèvement des gabelous en Guyenne écrasé dans le sang,  la condamnation au bûcher d’Anne du Bourg conseiller au Parlement, les abus d’autorité du roi. 

Son Discours sera repris ensuite par les protestants comme un étendard pour leur cause et la défense de leurs droits.

 

La Boétie et Montaigne ont à peu de chose près le même âge, entre un gentilhomme campagnard qui est encore loin de l’homme de lettres et ce « Rimbaud de la pensée » qui écrivit à 20 ans un texte subversif qui aujourd’hui encore réveille les passion, l’amitié naît dès la première rencontre « toujours la seule qui compte. Si elle imprime en nous, si elle nous dicte sa loi, c’est que l’amitié, comme l’amour, consiste en une fidélité à une émotion initiale, à une grâce, manière de figer le temps en se restant identique à soi-même ».

stat_mont1.jpg

                                     "Parce que c'était moi"

 

Une amitié qui « tend à la fusion des biens et des mots ». Une amitié floue car « jamais Montaigne ne décrit concrètement un moment qu’ils auraient partagé, un épisode, un acte, un décor, des propos quotidiens » 

L’auteur nous dit que chez Montaigne, La Boétie n’est qu’un esprit « c’est le pur esprit d’une amitié pure »

Il occupera finalement une place assez réduite dans les essais, le superbe chapitre sur l’amitié et le récit de son agonie. 

Une amitié de peu d’années qui laissera à Montaigne l’écriture en héritage, un héritier qui sera alors capable dit Jean-Michel Delacomptée « de passer du lui au moi »

 

Un très bel essai qui éclaire la personnalité de celui qui fut « l’ami parfait ».

 

Delacomptee-Jean-Michel-Et-Qu-un-Seul-Soit-L-ami-La-Boetie-Livre-63467_ML.jpg

 
Le livre : Et qu'un seul soit l'ami  La Boétie - Jean-Michel Delacomptée - Editions Gallimard l'un et l'autre

Commentaires

  • Bonjour ! Merci pour cette référence sur Montaigne et La Boétie, ainsi que sur Delacomptée, que je ne connais pas. Bien sûr, comme souvent quand je passe par ici, me voici avec des envies de lecture supplémentaires...

  • @ Bonheur du jour : l'amitié est toujours un sujet d'actualité

  • Je crois que je vais commencer par celui-là pour découvrir Jean-Michel Delacomptée. J'en avais noté un autre dont le beau titre m'attire "Je ne serai peintre que pour elle"
    Belle amitié que celle de Montaigne et de La Boétie. Je relis souvent "le discours de la servitude volontaire" de La Boétie "Soyez résolus à ne plus servir et vous voilà libre" Un texte qui n'a pas pris une ride.

  • @ nadejda : Celui ci est excellent mais "je ne serai peintre que pour elle" m'a beaucoup plu aussi, on y est au temps de la fronde et juste avant que Louis XIV impose sa loi, c'est magnifique et si tu aimes La Rochefoucauld , Mme de La Fayette alors il est fait pour toi

  • Décidément, un auteur à découvrir. Celui-ci semble aussi intéressant que le précédent.

  • @ Aifelle : je crois que tous les essais de ce auteur sont bons, après c'est une question d'intérêt pour un personnage ou une époque

  • Dominique Desanti :
    - "L'amitié : ce sang du courage de vivre..."

  • @ JEA : une belle citation. Le temps de Montaigne et La Boétie était un temps de tumulte et de violence, l'amitié y était certainement un refuge

  • Sana aucun doute, je l´achèterai.
    Je viens de terminer la biographie de Montaigne par Stephan Zweig.

  • @ Alba : c'est la biographie de Zweig que je préfère, elle est un "exercice d'admiration" comme disait Cioran et elle introduit parfaitement à la lecture des Essais

  • Bonsoir Dominique,

    j'adore cette collection. Et ses titres qui sont toujours tellement suggestifs, suspendus. Mais elle est tellement chère ! Et voici que Pontalis l'a - nous a- quitté(e)(s)
    Je ne connaissais pas ce Montaigne-et-La-Boétie, et je vais, naturellement, y aller voir.
    A te lire encore, moins tard,
    Agnès

  • @ Agnès : Pour éviter des achats intempestifs je les lis en bibliothèqjue et ensuite j'achète ceux qui me paraissent excellents

  • Quelle bonne idée que de se encher sur le plus mystérieux des deux ! Merci pour cette référence.

  • @ Annie : C'est ce que fait remarquer l'auteur, La Boétie est connu essentiellement à travers Montaigne ce qui est dommage

  • Tu penses bien que que ce que dit Montaigne sur l'amitié a beaucoup compté pour moi! je l'avais appris par coeur! Mais j'avoue que je n'ai jamais eu la curiosité d'aller lire La Boétie. Pourtant tu dis que son essai soulève encore des passions, ce qui pique ma curiosité.

Les commentaires sont fermés.