Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Le Grand siècle volume 1

Le Grand Siècle Volume 1

 

22490164.jpg

J’aime le jeu, l’amour, les livres, la musique
La ville et la campagne, enfin tout ;
il n’est rien qui ne me soit souverain bien

Jusqu’au sombre plaisir d’un coeur mélancolique

 

Notre culture poétique, nos réminiscences scolaires, sont imprégnés des oeuvres de cet homme. Parfois incapables de dire les textes en leur entier, nous les reconnaissons pourtant dès les premiers mots.
L'auteur est une mine pour les professeurs en mal de sujets de dissertation...

La Fontaine est c’est homme là, l’homme qui aime Boccace, l’Arioste et par-dessus tout Montaigne.
L’homme dont les amis s’appellent Madame de Sévigné, La Rochefoucauld, Madame de La Fayette. Un écrivain lié à la vie intellectuelle et politique de son temps.

Laissez vous emporter par la plume savante de Marc Fumaroli, vous découvrirez un La Fontaine inconnu, un homme qui « a été l’objet d’amitié encore plus que d’admiration », dont Léon-Paul Fargue disait : « un ami de tout les instants ; qui pénètre le coeur sans le blesser. »

2766026684_small_1.jpg


Ici pas de parcours biographique classique, on est d’emblée confronté à l’évènement majeur pour La Fontaine : l’arrestation de Nicolas Fouquet, son mentor, le mécène auprès de qui il fit ses premières rimes.
Immédiatement le ton est donné car La Fontaine bravant l’autorité toute neuve de Louis XIV, va tenter de défendre Fouquet avec une belle détermination et un certain courage.

vue-aerienne-238039.jpg

Vaux le Vicomte

La Fontaine était en bonne compagnie à Vaux le Vicomte comme pensionné du surintendant, tout ce que la France comptait d’artistes de valeur est là, Poussin et Le Nôtre, Molière et les frères Corneille.
Le procès de Fouquet que La Fontaine estime inique est pour lui l’occasion de s’élever avec talent contre l’arbitraire royal. On peut presque dire que le procès, voulu par Louis XIV, a participé à la naissance de l’écrivain !


L’homme se fait ainsi quelques ennemis et en particulier Colbert qui a maintenant la haute main sur les largesses en faveur des écrivains.
La Fontaine va passer sa vie sans être admis à la cour et revendiquant de manière très prudente mais permanente, la liberté de l’artiste face à l’autorité de l’Etat.
Son langage, ses écrits seront donc un perpétuel pied de nez aux grands, aux vaniteux, un pied de nez teinté d’érudition, d’inspiration des poètes antiques, préférant l’insinuation et la malice à la diatribe hargneuse.
Ses amis seront en même temps ses soutiens financiers, Madame du Bouillon, Madame de la Sablière permettent à son talent de s’épanouir tout en lui assurant une indépendance d’esprit, soutiens qui lui permettront de n’avoir jamais à glorifier le roi comme le fera un Racine avec son apologie de Louis XIV.

fontaine10-big.jpg


On voit se dessiner le portrait d’un homme qui a le goût du bonheur, qui aime le « gai savoir ».
Ses contes puis ses Fables vont le rendre célèbre, même Colbert finira par s’incliner en l’acceptant à l’Académie Française.
Le poète que l’on imagine la fleur à la bouche, dilettante de génie, volage à l’occasion est en fait nous dit Marc Fumaroli un philosophe épicurien, adepte de l'amitié à la manière d’un Montaigne
« En dépit de la douceur que La Fontaine avait imprimée à sa prose et à sa poésie, il était clair qu’elles émanaient d’une arrière boutique toute franche construite sur le même modèle que celle de Montaigne. »

la cigale et la fourmi.jpg


C’est l’indépendance conservée qui va lui permettre de composer ses fables« quintessence de poésie, fruit de l’expérience d’un artiste qui n’avait écrit qu’après avoir passé la quarantaine : une goutte de miel, un grain d’encens, qui donnait saveur et parfum à tout le livre »

Des textes simples en apparence, mais c’est une simplicité trompeuse :

« J’ai fait parler le loup et répondre l’agneau.
j’ai passé plus avant : les arbres et les plantes
Sont devenues chez moi créatures parlantes. »

fontaine08.jpg

Les mots sont parfois féroces vis-à-vis du pouvoir mais comment pourrait-on le reprocher à la fourmi, la cigale et autre belette.
Le ton est parfois cinglant, cruel, la langue est d’une telle élégance qu’elle sert de masque aux propos.

fontaine.jpg

Ses amis s’amusaient à mettre un nom derrière l’animal, à deviner la cible des attaques, riant des ruses de La Fontaine pour dire sans dire et mettre les rieurs de son côté.

Superbe livre, où Marc Fumaroli sait nous faire le tableau de cette période qui est un tournant important dans la vie politique de la France, pour lui La Fontaine est le dernier des poètes de la Renaissance, à la sortie du livre les critiques ont vu en lui un Saint Simon moderne et cela lui va bien.

A côté des Fables, faites une place à ce livre dans votre bibliothèque

9782877062183FS.gif

Le livre : le poète et le roi - Marc Fumaroli - Editions De Fallois 1997

Visiter Le Musée Jean de la Fontaine

Commentaires

  • Récemment j'ai lu un petit livre (le Maitre du jardin de Valère Staraselski)) qui relate brièvement quelques aspects de la vie de la Fontaine, mais sans trop insister , et finalement le livre que tu présentes m'a l'air bien plus emballant pour découvrir cet auteur.
    Bon, je vois que tu démarres très très fort!^_^

  • @ Keisha : je ne le connais pas mais c'est sympa parfois de commencer par un petit bouquin, exemple j'ai beaucoup aimé le petit livre que j'ai lu sur Buffon et je pense qu'un jour ou l'autre je lirai sa bio
    Celle ci est dans ma bibli depuis sa parution il y a presque 15 et je l'ai souvent rouverte, relue totalement pour ce billet j'y ai pris de nouveau un grand plaisir

  • Excellente piqûre de rappel! J'aime beaucoup Vaux le Vicomte. les illustrations sont vraiment sympas!

  • @ miriam : Monsieur Fouquet avait bon goût

  • Ce musée me fait très envie!
    les illustrations sont superbes.

    Vive La Fontaine! je m'aperçois que je connais très peu de ses fables en réalité...

  • @ Dominique : je vais parfois dans l'aisne et j'espère le visiter un de ce jours

  • Fabuleux fabuliste !!!

  • @ JEA : j' aime bien aussi en conteur un peu coquin

  • Je garde un très mauvais souvenir de La Fontaine à cause des récitations scolaires . Quand il fallait apprendre ses fables et aller ensuite les réciter au tableau et que suivait la leçon de morale.... Peut-être me permettras-tu avec ce livre et les belles illustrations qui accompagnent ta présentation de tenter un retour vers lui.

  • @ nadejda : les tourments de la récitation au tableau pour les élèves timides ....

  • Justement, je cherche un bio de La Fontaine : J'aime beaucoup cette période historique et les fables évidemment ! C'est vrai qu'il est féroce parfois mais surtout ce que j'aime c'est sa manière enlevée d'écrire, la variété des fables... Je note !

  • @ maggie : non pas un bémol mais une précision : Marc Fumaroli est d'une érudition folle et cette bio s'attache beaucoup à la vie politique et intellectuelle et est parfois très exigeante, ceci précisé c'est un grand plaisir de s'instruire avec un écrivain comme Fumaroli

  • Très bonne idée que cette biographie... A Lisbonne, il y a quelques années j'ai adoré revoir ses fables, toutes de blanc et de bleu vêtues, au musée des Azulejos. On n'en connaît finalement que quelques unes, toujours les mêmes !

  • @ Kathel : j'ai lu cette bio avec les Fables à côté de moi et du coup on en lit que l'on ignorait. Fables sur Azulejos cela doit être bien beau

  • Je le lirais avec plaisir car imagine-toi que je ne connaissais rien ou presque de la vie (ni des facéties) de Mr de La Fontaine!
    Les illustrations du loup et de l'agneau et du corbeau+renard sont superbes!
    Sais-tu que l'espagnol Samaniego a repris et réarrangé beaucoup de ces fables? C'est fort intéressant.
    Beau billet Dominique, merci et à très bientôt.

  • @ Colo : je pense que La Fontaine serait heureux d'être copié, plagié car lui a pris son inspiration chez les anciens, Esope bien sûr mais aussi chez d'autres

  • Je n'ai pas été tentée par le livre dont parle Keisha, celui-ci a l'air en effet nettement plus complet et passionnant. Les illustrations de ton billet sont très belles et je ne peux pas m'empêcher de penser : où est notre la Fontaine d'aujourd'hui ?

  • @ Aifelle : au risque de choquer je dirais que La Fontaine aujourd'hui c'est peut être Georges Brassens, c'est ce qui me vient immédiatement, texte court provocateur souvent, poétique toujours et sue l'on apprend par coeur !

  • J'ai les fables et suis très tentée par celui-ci
    Lorsque je célèbre un mariage je cite toujours :

    Soyez-vous l'un à l'autre un monde toujours beau,
    Toujours divers, toujours nouveau ;
    Tenez-vous lieu de tout, comptez pour rien le reste.

    Je ne pense pas être comprise quant à La Fontaine connaissent-ils?
    Bonne journée

  • @ autour du puits : ce sont des vers inoubliables et cette fable est une des plus belles qui soit
    Nadejda garde un mauvais souvenir des récitations obligées au tableau mais aujourd'hui plus de récitations et plus beaucoup de La Fontaine donc

  • C'est tentant ! Je m'en vais relire "Les deux pigeons".

  • @ Tania : la plus belle des fables ...enfin à mon goût

  • J'aimais beaucoup réciter les fables autrefois. D'agréables souvenirs d'enfance. Il me reste à en découvrir tant d'autres.

  • @ Dominique : on a une connaissance superficielle et certaines sont vraiment très féroces

  • Bravo ! Quel beau billet en hommage à ce grand La Fontaine "qui pénètre le coeur sans le blesser"...
    Bien sûr que les fables sont en bonne place ici, je songerai à ce livre qui me tente bien.
    Lorsque j'ai visité Vaux le Vicomte il m'a été plaisant de relire quelques fables pertinentes...
    Très bonne journée à toi !

  • @ Enitram : en lisant cette bio c'est vrai que l'on imagine La Fontaine parcourant les jardins et écrivant ses premières rimes, Fouquet avait un bon "nez" pour choisir ses protégés

  • Quand j'habitais au Vietnam, j'avais offert un livre de contes vietnamiens que je lisais le soir à ma fille. Ma surprise fut grande lorsque je réalisai que La Fontaine s'était grandement inspiré de pas mal d'entre eux, dont la plupart dataient du XIV et XVème siècle, une époque où le Vietnam était une colonie chinoise. Je ne sais pas comment La Fontaine a eu vent de ces contes, mais ils sont trop similaires pour n'y voir qu'un pur hasard.

  • @ Damien : il n'est pas fait mention dans la bio de cette source d'inspiration mais par contre on comprend bien que La Fontaine trouvait son inspiration en plusieurs endroits

  • Un livre qui paraît passionnant. La Fontaine était même très courageux et il savait ce qu'était l'amitié! Il ne se contentait pas d'écrire sur elle : "Qu'un ami véritable est une douce chose..". Ne pas être admis à la cour était pour les nobles de l'époque une punition sans pareille, une condamnation à ne pas exister. Apparemment La Fontaine était au-dessus de ça.. Ces critiques des Grands allaient loin et elles sont toujours aussi actuelles.

  • @ Claudialucia : courage et prudence, comme tu le rappelle la cour lui était fermée mais en même temps ni Colbert ni le roi n'ont osé s'attaquer à lui plus ouvertement, les Fables le protégeaient en somme

  • Tu en parles si bien que j'ai vraiment envie de le lire. Il faut dire que La Fontaine, c'est toute notre enfance...tu nous le rappelles avec ces si jolies illustrations. Et un Saint Simon moderne, comment résister?

  • @ Lin, pain d'épices et chocolat : Je pense que tu prendras plaisir à cette lecture en sachant bien qu'il ne s'agit pas là d'une biographie romancée mais d'un travail érudit qui exige attention de la part du lecteur

  • J'adore La Fontaine, et j'ai toujours eu plaisir à étudier ses fables dans ma jeunesse, j'aimais cet humour et cette intelligence du cœur. Encore un livre qui au travers de tes mots me semble formidable. Bises. brigitte

  • @ Plumes d'Anges : comme toi Brigitte je n'ai que d'heureux souvenirs de mon apprentissage des fables

  • L'arrestation de Fouquet a vraiment bouleversé sa vie comme celle de ses amis, Mme de Sévigné en tête. Ils ont beaucoup écrit à ce sujet, dans leurs lettres en particulier. Difficile de se rendre compte maintenant de ce que cet évènement pouvait représenter pour eux. Le pouvoir était si absolu et capricieux alors. Toute leur vie en dépendait.

  • @ Mango : Madame de Sévigné a été une amie fidèle à la fois de La Fontaine et de Fouquet, pour en savoir plus rendez vous à l'épisode 3 de ce Grand Siècle

  • La Fontaine est à l'honneur en cette rentrée !

  • @ Margotte : j'aime bien ces coincidences qui rapprochent les blogueurs

  • j'ai toujours aimé La Fontaine dont les phrases et les thèmes ont souvent été repris par la suite, en France comme à l'étranger. les illustrations sont splendides

  • @ Bénédicte : tu as raison quand on dit qu'il s'est inspiré des autres ! combien se sont inspirés de lui ?

  • Houuu lala ça démarre très fort. Cela se passe plus lentement chez les fonctionnaires. Si si. On sent tout suite l'énergie de la reprise.

    Pour ce qui est de la Fontaine je vous signale l'excellent http://www.lafontaine.net/, qui est une sorte de cave aux trésors inépuisable.

    Je souhaite une bonne reprise a tous et je m'en vais, puisque comme chantait Bécaud...

    Bisous

  • @ Armando : je sais où te retrouver !

Les commentaires sont fermés.