Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Regarde donc l'Euphrate charrier le sang - Yachar Kemal

Faire connaissance avec un écrivain avec le premier tome d’une trilogie, c’est s’assurer un triple plaisir

 

regarde.gif

Il y a longtemps que je voulais lire Yachar Kemal, j’ai fait coup double, satisfaire ma curiosité et avoir cette délicieuse impression que l’on est entré dans une maison amie.

Après la Première Guerre Mondiale, la toute jeune Société des Nations se prononce sur le différend qui sépare toujours la Grèce et la Turquie, après la chute de l’Empire Ottoman et la naissance de la ile.jpgRépublique Turque, les deux états décident d’échanger leurs populations.
Les habitants de l’île-Fourmi n’y croient pas, mais il faut se rendre à l’évidence un beau jour la nouvelle tombe « il y aura échange » et ils devront, parce qu’ils sont grecs, abandonner cette île où les grecs vivent depuis 3000 ans, Mustafa Kemal Atatürk en a ainsi décidé.
Un beau matin de printemps ils embarquent et laissent derrière eux « Tout ce que nous avions, nos ruches, les fleurs de notre jardin, la plus belle vigne de l’île, notre maison... » Il est loin le temps où tout était prétexte à agapes, où, tous grecs et turcs venaient festoyer sur l’île « Les nattes étaient disposées sous les platanes, les pains tout chauds et fumants sortis du four étaient posés près de la vaisselle en cuivre étamée. Une merveilleuse odeur de pain sorti du four imprégnait les lieux »

Sur l’île ne reste plus que Vassilis Atoynatanoghlou, lui il est resté, il ne comprend pas comment il aurait pu quitter « sa mer, son jardin, ses oliviers plantés de ses mains ses pêchers et ses cerisiers ». Et il promet 05 Fleurs de pecher.jpgde tuer le premier qui prendra pied sur son île.
Il a des provisions, de quoi soutenir un siège, il a le souvenir de sa bien aimée dont le parfum le poursuit où qu’il aille et il a son chat qui a échappé au massacre des animaux domestiques.
Pour lui tenir compagnie il a aussi ses souvenirs, ceux de la guerre, de sa marche à travers la campagne enneigée, la neige à hauteur d’homme, lui les pieds nus et couvert de poux « Et ces dizaines de milliers de soldats saisis par le gel, le vent et les tempêtes de neige »
Alors le jour où, Poyraz Musa un turc, prend pied sur l’île,  une formidable partie de cache cache va commencer entre ces deux ennemis qui ont chacun à leur façon affronté les horreurs de la guerre, supporté le fracas des armes, deux survivants de la bataille des Dardanelles.
Poyraz, vient s'installer sur l'île où il a acheté une propriété, il est riche et par chance il est malin, il a usé de flatterie pour arriver à ses fins mais le voilà propriétaire d’une belle maison et d’un moulin. Il est heureux car l’île est magnifique  «  Le ciel, la mer, la terre, les fleurs, les oiseaux, les arbres, les verts, les orangés, le violet, tout avait viré à ce rose de pêcher en fleurs »
Les deux hommes vont s’épier, se chercher, se deviner, s’ignorer mais vont-ils pouvoir cohabiter ? L’un certain de la nécessité de tuer cet envahisseur, l’autre sûr d’avoir enfin trouver le paradis sur terre.

masquesgrecsyb6.jpg

Un roman superbe, flamboyant de couleurs, un conte épique comme devaient savoir en raconter les poètes ambulants de l’antiquité, ces rhapsodes qui chantaient l’Iliade de village en village.
Les personnages de Yachar Kemal sont issus de sa terre anatolienne, une mère aux bras chaleureux, un bandit d’honneur, tous hauts en couleur et chaleureux. Les situations même les plus dures sont teintées de cocasserie. Mais là où il est impérial c’est lorsqu’il parle de sa terre, de ses parfums, des arbres, des abeilles, de la pêche, de la beauté de cette île allégorique où chacun peut trouver son propre paradis.
Chance le deuxième tome de cette trilogie est déjà paru et je vais pouvoir poursuivre l’aventure sur l’île-Fourmi


Le livre : Regarde donc l’Euphrate charrier le sang - Yachar Kemal - Traduit du turc par Altan Gokalp - Editions Gallimard

kemal.jpgL’auteur :
Yachar Kemal de son vrai nom Kemal Sağdıkgöğceli, est un romancier turc d'origine kurde, né en 1923 dans le village de Hemite près d'Osmaniye en Turquie.
Issu d'une famille pauvre, il dut abandonner ses études après l'école primaire. Il pratiqua divers métiers, tout en publiant de la poésie. Il passa une année en prison en 1950 pour « propagande communiste », puis commença à travailler pour le quotidien Cumhuriyet. Son roman Mèmed le Mince lui valut le succès en 1955, succès grandissant qui lui valut d'être pressenti pour le Prix Nobel de littérature en 1972.
Yasar Kemal est condamné en 1996 par la cour de sûreté de l'Etat à un an et huit mois de prison pour un article intitulé « Le ciel noir de la Turquie » publié en 1995 dans le livre « La liberté d'expression et la Turquie » et qui dénonce le traitement de la question kurde par l'Etat turc (source Wikipédia)


Commentaires

  • Trilogie dis-tu. Je crois que j'attendrai que le troisième soit sorti, je n'aime pas attendre trop longtemps quand je sais qu'il y a une suite. Ce serait une excellente occasion de lire sur cette partie du monde en se faisant plaisir.

  • @ Aifelle : Trilogie oui, les deux premiers tomes sont parus
    je dois avoir cette année un goût pour les grandes saga, j'ai lu Amitav Gosh premier roman d'une trilogie aussi, je deviens boulimique !

  • Voilà un billet vraiment tentateur ! Je vais bien arriver à caser cette lecture dans ma "semaine avec Colette"...

  • @ Margotte , je vois que comme moi tu peux entamer !livres à la fois !

  • @ Ys : je n'ai pas énormément lu de littérature turque, un peu Pamuk mais je n'ai pas tout aimé, mais Kemal me faisait envie depuis longtemps par la taille de son oeuvre, j'ai sauté le pas et j'ai été conquise par ce premier livre, je vais enchainer avec le tome 2 de cette trilogie

  • C'est un auteur que je ne connais pas et que j'ai bien envie de découvrir. De plus ses livres ont l'air passionnants.

  • @ Dimitri : en tous cas ce livre là est très agréable

  • Assez tentant je dois dire, et tu me rappelles en plus que je n'ai toujours pas lu Amitav Gosh... Mais où vais-je trouver le temps nécessaire à tant de lectures ???

  • @ Hélène : moi je fais l'impasse sur toute la production française parce que ce n'est pas du tout ma tasse de thé, heureusement

  • Assurément un sujet qui m'intéresse ! encore un livre à noter !?

  • @ Maggie : terrible quand la liste s'allonge

  • Je partage ton amour des sagas (bien écrites). Comme c'est agréable de retrouver au fil des volumes un écrivain et des personnages adorés...Celui-là me dis bien et puis c'est un auteur que je ne connais pas.

  • @ freude : c'est un peu le hasard d'avoir entamé 2 trilogie en peu de temps

  • Avec Kemal, j'en suis restée à "Memed le Mince" et "Memed le Faucon", sorte de Robin des Bois dont les aventures font découvrir la société turque des campagnes et des montagnes. Ce roman-ci semble différent, ton billet a éveillé ma curiosité.

  • @ Tania : je ne connais pas ces personnages et je ne peux donc pas faire de comparaison, j'ai lu quelques articles sur Kemal et je crois à lire ce premier roman de sa trilogie qu'il n'a pas changé profondément, son récit est toujours centré sur un monde très rural et les personnages sont très hauts en couleur

  • Oh, oh, la Turquie, ça m'intéresse. J'avais lu Des oiseaux sans ailes de Louis de Bernières qui me semble être sur le même sujet des Turcs et des Grecs après la guerre. Quant aux responsabilités je crois qu'on ne peut pas tout mettre sur le dos d'Atatürk, le gouvernement grec de l'époque a particulièrement mal géré les choses.

  • @ Agnès : Loin de moi l'idée de faire porter une responsabilité à qui que ce soit, je ne connais pas du tout le sujet sur le plan historique, je me suis contentée de reproduire ce qui ressort du roman, Kemal fait parler ses personnages et Atatürk est l'emblème du chef donc fatalement accusé de tous les maux

  • Soupirs... Non seulement tu es tentante, mais en plus c'est une trilogie... Bon, je saisis le prétexte d'Aifelle, j'attends que tout soit paru (ou alors j'apprends le turc)

  • @ Keisha : j'était tentée par l'apprentissage du Russe mais le turc là j'hésite :-)

  • J'ai lu un avis complètement opposé au tien chez Canel (par Mr.). J'hésite donc encore, surtout qu'il s'agit d'une trilogie. Je vais sagement laisser quelques autres lecteurs servir de cobayes (hé hé, lâcheté, meuhhh non, prudence plutôt).

  • @ Zarline : je n'ai pas lu son billet, je vais essayer de le trouver

  • Oui, ça a l'air beau, je le note !

  • Mehmed le mince, Mehmed le Faucon ... je ne savais pas que des ouvrages plus récents étaient à paraître. merci de nous le signaler!
    A propos, j'ai gardé du excellent souvenir d'un film turc Des Temps et Des Vents (ou peut être les vents d'abord...je ne sais plus)

  • Mehmed le mince, Mehmed le Faucon ... je ne savais pas que des ouvrages plus récents étaient à paraître. merci de nous le signaler!
    A propos, j'ai gardé du excellent souvenir d'un film turc Des Temps et Des Vents (ou peut être les vents d'abord...je ne sais plus)

  • J'ai beaucoup aimé ce livre aussi,lu il y a quelques années.

  • Bonjour ! Je souhaitais juste débuter en disant que j'aime beaucoup le blog. :)
    Ce post déroge pas à la règle, il est bien écrit.
    Par contre il apparait un petit soucis car le header semble un peu déplacé vers la droite chez moi (sous linux) !
    Salut. :D

  • Merci pour cet article bien vu, j'ai voulu acheter la trilogie à mon mari pour noel, pas trouvé !

Les commentaires sont fermés.