Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Chaussures italiennes - Henning Mankell

Les Chaussures italiennes - Henning Mankell - Traduit du Suédois par Anna Gibson - Editions du seuil
chaussures italiennes.gifMankell bien entendu ça vous dit quelque chose, la Suède et les enquêtes du commissaire Wallander, mais aujourd’hui ce n’est pas au royaume du polar que Mankell nous emmène.
Non aujourd’hui c’est sur une île de la Baltique propriété de Frederik Welin que l’auteur nous transporte. Etre propriétaire d’une île ce n’est pas donné à tout le monde, et ce Frederik là est un curieux personnage.
Il vit seul depuis dix ans, prisonnier volontaire sur cet îlot, avec pour seule compagnie un chien et un chat, les mouettes, la glace, le froid et de temps à autre le facteur qui fait sa tournée hivernale en hydrocoptère.
Chirurgien dans une autre vie cet homme est venu se terrer ici après une bavure médicale. Il expie jour après jour, pour se sentir encore vivant il casse chaque matin la glace et saute dans l’eau glacée.

 

suede.jpg

L'ile doit ressembler à ça

Un matin rompant la monotonie des jours une femme fait son apparition sur l’île,  Harriet abandonnée par Frederik plus de trente ans auparavant vient demander des comptes. Armée de son seul déambulateur car son état de santé est bien précaire, elle va changer la vie de Frederik de façon définitive en le lançant dans une traversée de la Suède en hiver digne des meilleurs road movies américains.

On est pas auteur de romans policiers sans que cela influence très fort l’écriture, Henning Mankell détient le secret du suspense et met ici son talent au service d’une histoire sensible, belle, sombre et mélancolique, mais pleine d’optimisme.
C’est un très belle leçon de vie que nous donne l’auteur qui manifestement croit à la rédemption, à la force des rencontres, aux liens entre les êtres humains. L’évocation d’un pays plongé dans l’hiver, les brouillards, les froidures, est superbe.

maison_neige2.jpg


A lire accompagné d’une boisson chaude pour se réchauffer après le bain sous la glace

Commentaires

  • L'histoire me plaît beaucoup. Je connais déjà l'auteur! Grand froid partout ce matin, semble-t-il, même sur les photos! :)

  • Je n'ai lu qu'un seul polar de Mankell, sans être particulièrement séduite. Cette histoire là par contre m'inspire beaucoup, ce serait une occasion de renouer avec l'auteur. Je ferai l'impasse sur le bain glacé dont l'évocation me tétanise déjà ..

  • Des souliers italiens en Suède...le titre m'intrigue, le sujet m'attire.
    Froid polaire et vents fous ici à Majorque. Comme Aifelle je me passerai du bain glacé!
    (tu as une réponse sur mon blog à propos de Vargas Llosa)
    Bonne journée.

  • Les photos me donnent envie de lire le livre. Quel est le rapport avec les chaussures italiennes ? si ce n'est pas trop dévoilé ...

  • Jamais lu Mankell. Ah la la, rien qu'à te lire et regarder les belles photos, j'ai froid (d'ailleurs, il fait froid)...

  • celà fait quelque temps que je tourne autour de cet auteur que je n'ai jamais lu... peut-être pour accompagner mon hiver alors:)

  • @ Mango : c'est une lecture accordée à la météo

    @ Aifelle : j'ai bien aimé les premiers mankell policiers mais je me suis lassée, là c'est très différent et sans être un grand roman c'est un bon livre j'ai fait l'impasse comme toi sur le bain dans le trou de phoque ...trop c'est trop

    @ Colo et Cécile : je ne livre pas le sens du titre car c'est dommage car l'histoire est jolie

    @ Amanda : n'hésite pas c'est l'hiver certes mais les sentiments eux dégagent de la chaleur

  • J'ai lu presque tous les polars d'Henning Mankell, et quelques autres de ses romans, c'est dire si ce roman-là me tente ! Ma réserve de lecture m'incite cependant à attendre encore un peu.

  • @ Kathel : comme je te comprends malgré toutes mes envies il est impossible de faire face à tout

  • Une lecture qui semble en phase avec ces jours d'hiver, brrr.

  • ça tombe bien, je venais de le noter dans ma LAL suite à un article papier tentant ! Me voila confirmée !

  • @ Tania : lecture de saison

    @ Choco : comme quoi les bloggeurs sont parfois en phase avec les critiques

  • Il me tente aussi depuis un petit moment mais un article de Libé donnait carrément quasiment tout le contenu alors je laisse décanter..

  • @ Cathulu , je te comprends, je me souviens de ma colère en lisant un article sur "la Tâche" de Roth qui dévoilait toute l'intrigue, heureusement pour moi ce fut après lecture
    Faut les scalper ces critiques carrément !

  • J'aime beaucoup le propos de ce livre : "croire à la rédemption, à la force des rencontres, aux liens entre les êtres humains."
    :)

  • @ Leiloona : commencé sous l'allure d'un vieux grincheux aigri et misanthrope, le personnage au fur et à mesure de son errance ouvre son esprit et son coeur aux autres pour notre plus grand plaisir de lecteurs

  • Celui là me tente terriblement, j'aime beaucoup Mankell mais pour l'instant je n'ai lue que ses policiers, Wallander est un personnage très sympathique.
    Je viens de me lancer et d'ouvrir mon propre blog, j'y invite tout ceux que j'apprécie beaucoup et dont je visite souvent les blogs : tu en fait partie. Alors je t'y attend et laisse moi un petit mot, ça sera très sympa.

  • @ L'or des chambres : j'arrive en visite

  • je viens de le lire et j'ai beaucoup aimé cette lecture d'ailleurs je suis en train de lire un autre livre de lui "prodondeurs".

  • J'aime beaucoup l'insertion des photos au milieu du billet. j'ai aussi été très touchée par les spectacles grandioses de la nature hivernale.

  • @ Fransoaz merci de ce gentil commentaire et à bientôt chez toi

  • Je l'ai lu il y a quelques mois et je me souviens de tout, contrairement à certains des polars d'Henning Mankell. On se souvient sourtout du cadre, cette île dans la Baltique, et cette histoire de lac oublié, cette bonne femme avec son déambulateur, et cette fille aux escarpins rouges, plutôt violente qui tabasse son père, et cette autre femme qui s'occupe de marginales.
    C'est peut-être cela, la littérature, faire en sorte que les gens s'en souviennent, comme on se souvient de Quasimodo, ou des trois mousquetaires, ou de Rastignac, etc.

  • @ Nadianne : merci pour ce commentaire et ton passage, je suis pleinement d'accord les héros des livres que l'on a vraiment aimé ne vous quittent jamais tout à fait

  • encore un livre en commun , j'ai beaucoup aimé aussi
    *
    Amicalement Luocine

  • @ Luocine : un des tout bon roman de 2009, Mankell a plus d'une corde à son arc, j'aime bien son héros de polar mais cela finit par lasser, là il s'est renouvelé et j'espère qu'il republiera ce genre de roman

Les commentaires sont fermés.