Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Ambroise Paré la main savante

    paré.jpg

    Il est le chirurgien des rois et des gueux , on dit de lui qu’il est le père de la chirurgie, un homme de science comme il y en peu, un homme de la Renaissance tout de  bonté et de compassion, tout de courage et de labeur.

    Au milieu des carnages, des batailles et des épidémies il panse, ampute, cautérise, quand le service du roi le lui permet il écrit des traités et des opuscules avec le souci constant de mettre à disposition d'autres médecins ses connaissances.

    ambroise.jpg

    Le portrait tracé par JM Delacomptée est passionnant de bout en bout, quelle époque ! et quel homme !
    J'ai dévoré ce petit livre et puis M Delacomptée est passé maître en mini biographies

    Extrait :
    « C'était tout cela, Ambroise Paré, la main qui tranche et la main qui panse. La main qui soustrait et la main qui ajoute. La main qui fabrique, la main qui écrit. La main du vif-argent, de la ligature, de l'huile, et celle de l'encre dispensée par la plume.
    L'intelligence, la bonté tout entières dans la main.»

    1264474473.jpg

    Le livre : Ambroise Paré la main savante - Jean Michel Delacomptée - Gallimard

     

     

  • Léonard et Machiavel

    Léonard et Machiavel - Patrick Boucheron - Editions Verdier

    léonard.gifL’un, Léonard de Vinci bien sûr mais vous aviez deviné, l’autre Machiavel celui qui a permis de créer un nouveau mot dans notre petit Larousse.
    Nous voilà transporté à la Renaissance, époque de foisonnement intellectuel et artistique mais aussi de danger, de sang et de poisons.

    Un constat : pendant environ 15 ans Machiavel et Léonard de Vinci se sont côtoyés, rencontrés, ont été liés aux mêmes personnes, aux mêmes protecteurs ont travaillé sur les mêmes projets et ...rien pas d’écrits, aucun documents, rien de rien.

    Machiavel secrétaire de chancellerie, un peu ambassadeur un peu espion, occupe une fonction risquée à l’époque où les princes se succèdent le plus souvent dans le sang et la fureur.

    Léonard, lui a déjà 50 ans , il peint, dessine depuis plus de 30 ans , il a depuis toujours une passion pour les techniques les phénomènes naturels et l'eau en particulier, sans doute l’esprit le plus curieux de son temps.

    Patrick Boucheron est persuadé que les deux hommes se sont rencontrés mais voilà... nulles traces de ces rencontres.

    Plus agaçant encore : ils ont travaillé sur le projet fou du détournement du cours de l’Arno, pas un noble projet humaniste pour protéger les paysans des inondations, non un projet guerrier pour détruire Pise l’éternelle rivale de Florence.

    D’autres rencontres ont eu lieu lorsque Léonard de Vinci reçoit en commande la réalisation d’une fresque pour la salle du  Palazzo Vecchio à Florence, la fresque de la bataille d’Anghiari ne sera jamais terminée par Léonard et le destin va séparé les deux hommes.

    Ces deux figures de la Renaissance rapprochées par la soumission obligatoire aux condottieri de l’époque, il fallait bien vivre ! Ces deux hommes ont dialogué, conversé, peut être échangé des lettres mais il n'en reste  rien, ni dans les fameux carnets de Léonard, ni dans la correspondance de Machiavel.

    Très contrariant pour un historien de n’avoir aucun écrit à se mettre sous la dent, plus que contrariant, carrément frustrant, alors me direz-vous , il invente ? il fait dans le romanesque ...et bien pas du tout, il digresse, tourne autour de son sujet, « il interroge le silence » dit-il lui même et tout cela pour notre plus grand plaisir.

    Ni traité de peinture ni traité politique, ni biographie, ni fiction, ce texte à la fois érudit sans être pédant, limpide mais exigeant se lit avec délices.

    Extrait

    « Léonard et Machiavel n'étaient pas de ces éclaireurs à l'avant-garde, mais au coeur de la bataille, dans la mêlée confuse, où rien ne se discerne nettement sinon la vérité du combat. Ils n'ont pas fait leur temps ; parce qu'ils furent si intensément du leur, ils sont toujours du nôtre. Il y eut entre eux un temps commun, qui les fit contemporains ».

    Le livre : Léonard et Machiavel - Patrick Boucheron - Editions Verdier