Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les Buddenbrook - Thomas Mann

Un grand classique de la littérature allemande, lu il y a bien longtemps dans une très très mauvaise édition de poche où le texte était parfois quasi illisible.

Une impression ? quel talent !! car c’est un véritable pavé que ce roman qui conte la saga des Buddenbrook famille enrichie par le commerce et le travail acharné des chefs de famille qui se succèdent.

Trois générations à l’oeuvre avec patriarche et collatéraux, serviteurs et ennemis, réussite et faux pas et pour finir le déclin d’une famille.

 

ligue.jpg

 

Lübeck la riche cité de la Ligue Hanséatique voit la réussite de Johann Buddenbrook, paré de la réussite de sa maison, de son mariage il va devoir laisser la place à Thomas son fils aîné mais Christian le cadet, artiste raté, va donner du fil à retordre à la famille, maladie, échec de ses entreprises, mariage hasardeux et doucement la famille va connaitre des difficultés qui aboutiront à sa perte avec la figure de Hanno le jeune musicien.

Si Thomas Mann parvient si bien à décrire cette ambiance de maison bourgeoise, cossue, figée sur ses valeurs, c’est que son père fut un riche négociant et un Monsieur le Consul, et qu’il n’a eu qu’à puiser dans ses souvenirs.

 

buddenbrook.jpg

adaptation cinéma 

Le travail, l’épargne, le respect de la morale imprègnent la famille Buddenbrook qui a pour devise « Dominus providebit » Dieu y pourvoira ! A un moment Dieu fera faux bond hélas.

On baigne dans les débuts du roman dans le poids des traditions, le mobilier, les tenues vestimentaires et les longs diners aux plats qui n’en finissent pas. Mais les lézardes arrivent, des amours impossibles, des dots perdues, un gendre qui est un fieffé coquin, la superbe affichée par la famille Buddenbrook prend l’eau.

 

lubeck-scene_1415095c.jpg

Lübeck aujourd'hui

 

J’ai beaucoup aimé ce roman. Long certes mais l’on est vite fasciné par la force de cette communauté de marchands, par les liens qui les unissent et qui les font tenir debout.

Une époque où le destin des filles illustré par la figure de Toni, importait bien peu, et où pourtant elles jouent un rôle non négligeable par leur abnégation et ...leur dot. Une époque où le statut de l’artiste n’était pas accepté et où l’on y attachait l’idée de diléttantisme, d’oisiveté et de moeurs légères.

On décèle déjà le rôle pernicieux de la Bourse qui entraine spéculations et ruine et ne récompense pas toujours le goût du risque.  

C’est un roman riche et puissant, une belle réflexion sur le statut social, les valeurs du travail et de la loyauté familiale car la famille touche à sa fin sans que jamais elle ne s’en rende vraiment compte.

Un pavé certes mais que l’on quitte à regret.

1933-buecherverbrennung.jpg

Il faut savoir que ce livre fut brûlé en autodafé par les nazis car « une famille de la race élue ne peut jamais déchoir » 

 

9782213030128FS.gif

 

Le livre : Les Buddenbrook - Thomas Mann - traduit par Geneviève Bianquis - Editions Fayard

 

 

Commentaires

  • Bonjour Dominique, merci d'avoir évoqué un écrivain que m'a fait découvert ma maman: Thomas Mann est un de mes deux ou trois romanciers préférés toute catégorie. Concernant les Buddenbrooks, il faudrait que je le relise. Bonne journée.

  • un très bon roman et une belle évocation d'un milieu bourgeois du XIX ème

  • Ces communautés de marchands que l'on retrouve dans toutes les villes au bord des fleuves ou mers à cette époque sont fascinantes.
    Originaire d'Anvers, on nous racontait des tas d'histoires sur ces familles, leurs profits et souvent...leurs canailleries.
    Je note donc, merci!

  • Mais c'est vrai que tu es de par là !! oui on retrouve ce même genre en Hollande un peu plus tôt dans l'histoire et d'une certaine façon en Angleterre avec la bourgeoisie enrichie avec le comptoir des Indes

  • De Thomas Mann je n'ai lu que "La montagne magique". Après lecture de ton billet j'ai bien envie de faire connaissance avec les Buddenbrook

  • J'ai lu les deux et personnellement je préfère les Buddenbrook mais c'est affaire de goût car ce sont deux grands romans

  • Je l'ai lu... à une époque où je n'abandonnais pas les romans même très longs et qui m'ennuyaient. Une oeuvre à lire, certes, mais.^_^

  • Pas de sensation d'ennuie même si certaines descriptions des affaires sont peut être un peu longues en même temps le rythme du roman traduit parfaitement le rythme de ces gens qui passaient des heures à table par exemple

  • Je me souviens du repas vers le début, un grand moment, en effet!

  • C'est un auteur que je veux découvrir ( je connais assez mal la littérature allemande !). Je note ce titre... Ton billet est très alléchant. As-tu vu l'adaptation ?

  • oui j'avais vu il y a déjà pas mal de temps l'adaptation qui était fidèle je trouve

  • Je l''ai lu il y a longtemps et je n'en garde pas une impression d'ennui. J'ai toujours aimé ces destins familiaux , que l'auteur prend le temps de déployer.

  • J'ai le même avis que toi, un roman dense et riche

  • Un de ces romans si connus que l'on se demande comment on a pu ne pas le lire, ce qui est mon cas! Je pense que maintenant, il me plairait; J'ai essayé quand j'étais plus jeune mais il était sans doute trop tôt.

  • Je crois que c'est typiquement le type de roman dont on se régale un peu plus tard en effet

  • Un roman dense, riche que j'ai lu il y a très longtemps.
    Thomas Mann un grand auteur, découvert en cours d'allemand.
    Je vais essayer de le relire.

  • ma première lecture m'avait plu mais elle était gâchée un peu par le livre lui même; là c'est un vrai bonheur de relecture

  • Je sais ce qui me reste à faire.
    Merci.

  • Un grand classique, mais si je relis Thomas Mann, ce sera d'abord "La montagne magique".
    J'ai lu que la maison des Buddenbrook est devenue un musée sur les deux frères écrivains, Thomas et Heinrich.

  • Merci de l'info, j'ignorais ce détail

  • Formidable témoignage d'une époque révolue, j'espère le lire un jour, c'est le nombre de pages qui me retient... Ta dernière phrase fait froid dans le dos "Il faut savoir que ce livre fut brûlé en autodafé par les nazis car « une famille de la race élue ne peut jamais déchoir » ", que ces temps ne reviennent jamais !!! Bises Dominique. brigitte

  • un livre un peu long à réserver pour un moment où l'on a du temps pour lire

  • J'ai lu Thomas Mann, des récits " courts ", pas celui-ci, je n'ose pas, c'est comme " La montagne magique ", ce sont des livres qui m'impressionnent, c'est un peu bête et puéril parce que je m'intéresse et j'apprécie la littérature allemande mais je ne cesse de reculer avec ses titres. Ton billet me " décomplexe " un peu :)

  • Il faut se lancer, parfois on cale cela m'ait arrivé de nombreuses fois mais parfois le roman se révèle simple à lire beaucoup plus simple que ce qu'on imaginait

  • Ouf, je l'ai déjà lu, celui-là....
    Bon dimanche !

  • Bon dimanche aussi

  • Après avoir lu le fils Mann avec un intérêt moyen, je me tournerais volontiers vers Thomas. La «montagne» bien entendu mais ce titre ci vient bien à point pour replacer l' auteur allemand à l'avant plan de mes projets.

  • J'aime les deux écrivains, le fils et le père,, chacun dans un genre très différent honorent vraiment la littérature allemande

  • réaction immédiate , pourquoi ne pas relire ce roman qui avait captivée ma jeunesse?
    Deuxième temps , est ce que je ne serai pas déçue la force du souvenir est parfois étrange.
    Finalement ? si j'ai le temps , ce qui veut dire sans doute pas!

  • Je l'avais lu mais j'avais eu la sensation de n'en n'avoir pas profité pleinement maintenant mon plaisir a été complet

  • Le premier Mann que j'ai lu et que j'avais adoré, sans conteste un de mes romans préférés ! Un ami (Allemand) n'arrêtait pas de me rabattre les oreilles sur Mann et Hesse et j'avais fini par le lire, pensant que ce serait vieillot et que j'abandonnerais rapidement vu le pavé (je ne suis pas fan). Mais quelle ne fut pas ma surprise de trouver cela moderne et drôle, enfin, pince-sans-rire parfois, des petites piques à droite à gauche, et une histoire qui m'avait complètement emportée. Il faudrait maintenant que je m'attaque à "La montagne magique". L'as-tu lu ? Le conseilles-tu ?

  • oui j'ai lu la Montagne magique dont on dit que c'est LE grand roman de Mann, pour ma part je préfère les Buddenbrook mais c'est très personnel je crois

  • Je n'ai jamais lu ce grand classique, enfin, je l'ai commencé il y a longtemps, et je ne l'ai jamais terminé. Je me dis qu'il faudrait que je tente à nouveau cette lecture ...

  • j'ai commencé certains romans plusieurs fois et un jour c'est le bon moment

  • Bonjour Dominique, la bonne traduction c'est chez Fayard ?

  • oui chez Fayard mais en poche ce n'était pas la traduction qui m'avait posé problème mais plutôt une typographie de mauvaise qualité et une impression désastreuse, des pages noires comme l'encre et d'autres quasi illisibles

  • Je m'étais ennuyée à mourir avec La montagne magique '(il faut dire que c'était une lecture obligatoire pour le concours de ScPo Aix...ceci explique peut-être cela), mais j'ai quand même celui-c dans ma pal (c'est mon cher et tendre qui l'a acheté...alors qu'il n'avait même pas fini La montagne magique... les hommes sont des créatures complexes...!!) ;) J'aime bien les sagas cela dit.

  • J'ai attendu l'été pour le savourer. Je me régale et me replonge dans l'introduction que j'avais survolée. On y présente les influences, les nouveautés dans la narration : introspection, évolution des personnages, drôlerie.
    Je n'ai pas vu le film mais le grand art de Thomas Mann, c'est que l'on s'imagine être dans ce film.
    J'ai adoré ses descriptions de la haute société à la plage, on dirait des tableaux de Boudin et bien sûr de Mort à Venise. Et finalement, chaque personnage a quelque chose d'attachant.
    Merci pour ce grand moment de lecture. Je vais me précipiter sur La Montagne magique que j'avais laissé tomber.... il y a très très longtemps.

  • Heureuse de partager ainsi un plaisir de lecture avec vous
    J'ai été heureuse de lire ce roman et de revoir l'adaptation cinéma

    La montagne magique est plus difficile à mon goût mais je pense que je ferai un jour ou l'autre une relecture

Les commentaires sont fermés.