Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

L'origine de la violence - Fabrice Humbert

L’origine de la violence - Fabrice Humbert - Editions Le Passage

loriginedelaviolence.jpg

De passage à Paris je suis entrée dans une librairie, jusque là rien d’extraordinaire, souhaitant un renseignement j’attendais patiemment mon tour pour interroger un vendeur, celui-ci vantait de façon très convaincante les mérites d’un roman français j’ai tendu l’oreille...et j’ai très bien fait.

Un jeune professeur de français,  accompagnant ses élèves en voyage scolaire, visite le camp de Buchenwald. Accroché sur un mur du musée une photo attire son attention. Sur la photo un détenu et cet homme est le sosie de son père, or il est impossible que l’homme de la photo soit son père, celui-ci est bien vivant, il n’a jamais été prisonnier, personne dans la famille n’a été déporté,  alors ?
Ici commence une enquête qui plonge le narrateur dans l’horreur des camps, dans les archives de Buchenwald. Il cherche les documents, les témoins qui pourront l’éclairer.

« Dans le calme de l’Ettersberg, le souvenir des cinquante-trois mille morts faisait se lever une armée d’ombres silencieuses. Je m’avançait dans le brouillard avec une légère angoisse. Aux aguets comme si j’étais en attente. »

Il apprend l’identité de l’homme de la photo : David Wagner, mais  rien en apparence ne relie cet homme à sa famille. Il part sur ses traces et sur celles des autres personnages de la photo, tous nazis notoires.
Enquêteur tenace, ses recherches vont le mener à Göttingen, à Berlin, mais surtout dans sa propre famille. C’est une quête des origines, une réflexion sur le sens du mot « filiation ».

On retrouve dans ce roman le thème central de « Un juif pour l’exemple » la violence, le mal absolu.
Le narrateur est obsédé par la violence, y compris la sienne
« Depuis toujours, la peur et la violence m’ont hanté. J’ai vécu dans ces ténèbres. j’ai toujours craint qu’on m’entraîne, m’attache, m’écorche, comme un animal nuisible. »


Fabrice Humbert fait entendre les voix de Primo Levi et Jorge Semprun, il fait preuve d'un talent impressionnant et  réussit le tour de force d’écrire un roman profondément humain, très bien documenté, historiquement et psychologiquement juste et qui se lit avec avec un sentiment d’urgence très fort.

Faites une place à ce livre dans votre bibliothèque

Un autre avis dans le quotidien La Croix


L’auteur

fabrice-humbert.jpg

 

Fabrice Humbert a déjà deux romans à son actif : Autoportraits en noir et blanc (Plon) et Biographie d’un inconnu (Le Passage) Vous pouvez  le retrouver sur son site

Commentaires

  • un sujet qui demande talent et sincérité pour être légitime dans l'évocation

  • @ Bien d'accord avec toi, le talent est là et manifestement la sincérité, je n'ai mis qu'un lien vers une critique mais il y en a d'autres et toutes excellentes

  • Je note, le thème m'intéresse.

  • Intéressant - même si tout est dit dans "Si c'est un homme" de Primo Levi, une non-fiction.

  • Merci Dominique de m'avoir remis en mémoire ce roman dont j'avais entendu parler à la rentrée et oublié de noter ! Je regarderai à la bibliothèque si je le trouve, sinon je le commanderai ... Plutôt impressionnant comme livre !

  • merci pour ce billet qui donne envie de découvrir absolument ce livre.
    A très bientôt.

  • Une bien réelle découverte
    Merci de votre visite

  • Encore un livre que j'ai envie de lire; je crois que je vais aller à la bibliothèque avec tous les titres de vos lectures du mois de mars pour les commander! A défaut de pouvoir tous les acheter! Mais il faudrait aussi s'acheter du temps pour parvenir à tout lire!
    Comment se fait-il que plus on lit, plus on constate qu'on n'a rien lu?

  • @ c'est une sensation que je connais, je n'arriverai jamais à lire tout ce que je veux, et puis de temps en temps vient une période où je fais le vide et je me tourne vers des livres connus et amis et je m'embarque pour une relecture, cela remet certaines urgences à leurs justes places

  • Je viens de lire ce roman , je suis moins enthousiaste que toi , c'est pour cela que j'ai mis un lien vers ton blog car ce que tu dis est également très juste et toujours aussi bien expliqué. Ce qui m'a gêné c'est la fiction . et je trouve que le secret de famille se devine immédiatement , par contre les personnages sont complexes et bien analysés .
    Amicalement Luocine

  • @ Luocine : l'aspect ficitionnel ne m'avait pas gêné et je n'avais pas deviné immédiatement le dénouement. Un bon premier roman à mon avis

  • Je cherchais ta note sur "les heures silencieuses" et voilà que je tombe ici ... je rejoins Luocine, ton article est comme d'habitude, très juste. Pourtant, moi aussi quelque chose m'avait gênée dans ce roman, non pas qu'il soit un roman, mais sur son côté explicatif et un peu "donneur de leçon", j'avais trouvé. Sinon, il est plein des qualités que tu signales !A La même époque, j'avais préféré"HhHH" de Laurent Binet. Du coup, je vais aller voir si tu as fait une note sur celui-là ... Et si en route je tombe sur "les heures silencieuses", la boucle sera bouclée, ou presque ...

  • @ Athalie : difficile d'être parfaitement juste avec ce livre que j'ai aimé avec un ou deux bémol
    je n'ai pas lu celui de Laurent Binet, un manque apparemment je vais le noter

  • @ Athalie : tu as eu du mal à trouvé le livre de Josse parce que ce n'est pas un billet complet
    voilà le lien http://asautsetagambades.hautetfort.com/archive/2011/01/29/je-suis-bien-d-accord-avec-vous.html

Les commentaires sont fermés.