Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

202 Champs Elysées - Eça de Queiroz

Un clin d'oeil amical à Armando et à son Portugal qui est dans la tourmente

9782070413386FS.gif


Un voyageavec un de ses plus grands écrivains. Faites connaissance avec Jacinto, grand propriétaire terrien au Portugal, riche, oisif, il vit à Paris au 202 Champs Elysées " Sous l’or pesant des lambris, au creux des soieries à ramages "  Il vit dans un palais extraordinaire, haut lieu de la technologie de l’époque car il croit que le bonheur " Se réalise par l’intermédiaire du développement illimité de la mécanique "
Jacinto va retrouver son ami poète : Ze Fernandes. Celui-ci découvre un peu ébahi le palais et ses richesses. Une bibliothèque avec quelques trente mille volumes dont " Huit mètres d’économie politique ". que personne bien sûr ne lit jamais.  Des appareils de toutes sortes sensés faciliter la vie : un phonographe, le téléphone et même un théâtrophone !!
Mais la technologie parfois fait défaut il suffit d’un ressort qui ne se comporte pas comme on l’attend ! Et puis tout ça finit par lasser Jacinto " Planté comme un piquet, les mains au fond de ses poches en signe de défaite, et exprimant sur son visage, avec un bâillement mou et indécis, le triste embarras de vivre "
Lassé de tout il va profiter d’un prétexte pour fuir la ville, obligé de se rendre sur ses terres au Portugal, voilà notre citadin transformé en campagnard
Sauf que la propriété est dans un état lamentable et qu’il va devoir en rabattre beaucoup sur ses habitudes de luxe et de confort.
Ce retour à la terre va le combler, les retrouvailles avec une vie rythmée par des travaux, les plaisirs simples de la campagne, la beauté de la nature, tout le comble. Pour la première fois il se sent utile, il ne s’ennuie plus.
Fi des 30 000 volumes de sa bibliothèque parisienne, il revient à l’important, sur ses rayons désormais les livres essentiels : Plutarque, Homère, Epictète, Virgile, Cervantès......Fi aussi de la modernité à tous crins et vive la simplicité !
Le héros est transformé et son ami Ze le découvre attaché à sa montagne " Jacinto avait enfoncé de solides racines, toutes d’amour, dans sa rude montagne (...) le transformant insensiblement en un Jacinto rural"
Il a des projets pour sa propriété, il rêve potager, fromagerie, jardins, bonheur.........

ArmandoRibeiro.jpg

En route avec  Armando mon guide au Portugal

Ma première lecture d'Eça de Queiroz remonte maintenant à pas mal d'années et j'avais envie de vous le faire découvrir un peu mieux. Après Alves et Cie. Plongez dans l'univers de cet auteur qui aime la satire et par dessus tout la France.
Eça de Queiroz hérita d’une propriété dans le Douro où il prit grand plaisir à vivre, sans doute servit-elle de modèle pour ce roman. Il fut l’un des premiers écrivains à faire une critique radicale du culte de la technologie et à s’inquiéter des risques encourus par la planète. Ce roman est une bonne façon de faire connaissance avec un auteur détenteur d’une verve satirique féroce mais qui dans ce roman nous berce des beautés de la nature et se fait le chantre du retour aux sources.


Chez wodka un autre livre de l'auteur: la faute du padre Amaro

Vous pouvez aussi partir en Egypte avec l'auteur chez Miriam

eça de queiroz bonitaço.jpg

L'auteur 


C’est le grand romancier portugais du XXe  siècle, Borges le tenait  pour « l'un des plus grands écrivains de tous les temps ».
Né à Póvoa de Varzim au Portugal en 1845, fils illégitime d’un magistrat. En 1861, il commence son Droit à l'université de Coimbra et en 1866, il s'installe à Lisbonne où  il commence à se faire connaître par ses écrits dans la Gazette du Portugal.
En 1885, il se rend en France où il rencontre Emile Zola. Après Cuba et l’Angleterre, il est nommé consul à Paris en 1888,  il manifeste contre la condamnation de Dreyfus en 1889. Il meurt  le 16 aôut 1900 à Neuilly. Eça de Queiros est enterré à Santa Cruz do Douro

Le livre 202 Champs Elysées - Eça de Queiroz - Traduit du portugais par Marie-Hélène Piwnik - Editions Gallimard Folio


Commentaires

  • Merci Dominique.
    Vraiment le thème me tente, ce retour aux sources...
    Belle journée

  • @ Alba : un retour à la nature mêlé de beaucoup d'humour

  • Ce billet vaut tant d'oeillets...
    Je ne connais pas cet auteur, mais ça ne va pas tarder, crois-moi!
    Belle après-midi.

  • @ colo : c'est un auteur très réjouissant, féroce, anticlérical, et en même temps plein d'humour

  • Côté littérature portugaise je suis très ignorante, ce serait une façon très agréable de commencer. Ce côté retour à la terre dans l'enthousiasme me plaît beaucoup.

  • @ Aifelle : le retour à la terre s'avère plus difficile que prévu, la partie citadine est une jolie parodie du monde technologique qui n'a rien perdu de sa force aujourd'hui

  • Je ne connaissais pas cet auteur
    Je connais surtout Saramago auteur que j'aime beucoup et bien entendu Pessoa

    Très beau billet merci Dominique de cette découverte

  • @ autourdupuits , j'ai lu Eça de Queiroz il y a longtemps, grâce à une amie d'un forum littéraire au tout début d'internet, c'est vieux déjà, elle est brésilienne et celle elle qui m'a initié à cet auteur, une vraie découverte

  • @ Keisha : terrible d'avoir à faire des choix !

  • @ Delphine : tous ses livres sont excellents, je te recommande Alves et Cie , le crime de padre Amaro et aussi un livre que je n'ai pas encore chroniqué mais ça ne saurait tardé : la tragédie de la rue des fleurs un bijou d'humour noir

  • @ Plumes d'Anges : un auteur francophile, ami de la France jusque dans les titres de ses livres :-)

  • Je suis en territoire inconnu. Je ne connais pas la littérature portugaise. Bonne première approche peut-être avec ce livre!

  • @ mango : une bonne façon de commencer mais tu peux aussi choisir ;: la tragédie de la rue des fleurs qui est excellent

  • A signaler aussi de cet auteur Les anglais en Egypte, court texte historique très réjouissant
    http://miriampanigel.blog.lemonde.fr/2011/01/05/lire-pour-legypte-eca-de-queiros-les-anglais-en-egypte-%E2%80%93/

  • @ miriam : merci à toi il m'avait échappé sur ton blog, cela ne m'étonne pas que ce soit sympa et mordant je vais ajouter le lien

  • Je ne connais pas beaucoup la littérature portugaise, mais j'aime beaucoup du bleu dans mes nuages! Très joli clin d'oeil à notre ami Armando.
    Bisous, bisous et très belle journée Dominique

  • @ Kenza : c'était une trop belle occasion pour ne pas lui faire un signe amical

  • Dominique

    Superbe billet que donne à mon âme vagabonde un peu de soleil. Je ne saurais pas faire mieux.

    Eça de Queiroz était un immense écrivain. Diplomate à La Havane, Newcastle, Bristol et puis Paris, il nous a laissé une œuvre littéraire abondante et universelle (http://www.bibliomonde.com/auteur/jose-maria-eca-queiroz-523.html).

    Merci de le mettre en lumière.

    Bisous
    Armando

  • @ Armando : merci de ton commentaire et j'ai profité de ton érudition lusitanienne pour corriger et rendre à Eça la tombe qui est la sienne !

  • Je ne connais pas non plus la littérature portugaise. Pourtant ce nom là m'est familier. Ce récit semble plaisant en dépit du sujet sérieux. Comme c'est un livre de poche, je vais sûrement l'acheter.

  • @ Dominique : pas toujours facile à trouver ses livres, certains sont restés épuisés longtemps, on les trouve en général chez Chandeigne et la Différence mais rarement en poche sauf celui là, les mystères de l'édition

  • Je ne connais presque pas la littérature portugaise ! Sauf Pessoa bien sûr (c'est déjà pas mal, certes, mais c'est un peu court...). Je note donc ce titre. Bonne semaine à toi

  • Je ne connais presque pas la littérature portugaise ! Sauf Pessoa bien sûr (c'est déjà pas mal, certes, mais c'est un peu court...). Je note donc ce titre. Bonne semaine à toi

  • @ Margotte : une jolie découverte je te le promet

  • Je ne connais presque pas la littérature portugaise ! Sauf Pessoa bien sûr (c'est déjà pas mal, certes, mais c'est un peu court...). Je note donc ce titre. Bonne semaine à toi

  • Je note ce livre car moi aussi, je ne connais pas la littérature portugaise. Je suis certain que ça va être une belle découverte.

  • @ Dimitri : tu ne regretteras pas

  • Ton blog est décidément une mine d'or, Dominique. Encore une pépite que tu donnes envie de découvrir !

  • @ Tania : je ne peux que te recommander de faire connaissance avec l'auteur !

  • J'avais lu l"e crime du padre Amaro" qui est absolument remarquable je note ce titre. D'une manière générale je trouve la littérature Lusitanienne très mal éditée, alors que ses auteurs sont très influencés par la littérature française.

    Les mystères de Lisbonne de Camilo Castelo Branco (un autre grand auteur) viennent de sortir grâce au succès du film de Raoul Ruiz, cela serait bien qu'il ressorte également "un amour de perdition" un autre bijou de cet auteur.

  • @ Carmadou, je suis assez d'accord sur la quasi confidentialité des publications portugaises, hors de Saramago en raison du Nobel, point de salut et c'est bien dommage, je n'ai jamais lu C Castelo Branco mais j'ai vu son édition récente il fait partie des auteurs que je veux découvrir
    merci de votre passage je vais aller découvrir votre blog que je ne crois pas connaitre

  • j'ai vérifié, rien que dans ma petite bibli, deux titres, un chez actes sud, l'autre ça doit être la différence. déjà dans ma LAL "de tête" (pas noté par écrit, mais en mémoire),alors tu me donnes plus envie

  • @ Keisha : laisse toi aller la découverte vaut la peine

  • Je n'ai lu que LA RELIQUE pour le moment...
    Mais je compte bien lire tout Eça de Queiros.

    Il a dit tellement de bien de Montréal comme on peut le lire sur un des bancs du quartier portugais de Montréal mettant à l'honneur les écrivains lusitains :

    http://lali.toutsimplement.be/wp-content/uploads/2009/09/photo-3094.jpg

  • @ Lali : dans ma liste des ses oeuvres j'oubliais La Relique, féroce et excellent

  • Ce livre dont je ne connaîs pas l'auteur a l'air très sympathique. Je note ce titre sur ma liste qui commence à être longue...

  • Je recommande la lecture de"SON EXCELLENCE le Comte D'Habranhos" de cet écrivain potugais à découvrir.L'auteur y dépeind sous une forme décalée les turpitudes d'un jeune ambitieux pour atteindre les sommets du monde politique portugais au XIXème siècle.A la fois spirituel et toujours combien actuel!

  • Je recommande la lecture de"SON EXCELLENCE le Comte D'Habranhos" de cet écrivain potugais à découvrir.L'auteur y dépeint sous une forme décalée les turpitudes d'un jeune ambitieux pour atteindre les sommets du monde politique portugais au XIXème siècle.A la fois spirituel et toujours combien actuel!

  • @ Alain : les portraits d'Eça de Queiroz sont au vitriol et tous ses livres sont vraiment excellents, merci pour ce commentaire votre avis

Écrire un commentaire

Optionnel