Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Les annales de Brekkukot - Halldor Laxness

Les annales de Brekkukot - Halldor Laxness - Traduit de l’islandais par Régis Boyer - Editions Fayard
les annales.jpgUne incursion dans la littérature islandaise, je vous emmène à Brekkukot une vieille ferme au sud du pays. Le héros et narrateur Alfgrimur est un enfant abandonné, recueilli par un couple qu’il considère comme ses grands-parents.
Il mène une vie libre et pleine de fantaisie, la ferme abrite tous les laissés pour compte de la région, et Alfgrimur partage un grenier avec un philosophe pour le moins excentrique.
Les grands-parents, qui ne sont d’ailleurs pas mari et femme, accueillent toute personne de passage y compris ceux qui cherchent un coin pour mourir.
Ils enseignent à Alfgrimur l’amour du prochain et le respect de l’autre et les coutumes du temps. Alfgrimur apprend à lire dans la bible et un jour bien triste il lui faut partir à l’école apprendre le latin.
Quand il pense à l’avenir Alfgrimur se voit pêcheur comme son grand-père, un noble métier selon lui, d’ailleurs « on pouvait entendre les gens affirmer que le poisson de Björn de Brekkukot avait meilleur goût que tout autre. »
Le deuxième personnage de ce roman c’est Gardar Hólm un chanteur d’opéra de notoriété mondiale, il fait forte impression à Alfgrimur qui aime lui aussi le chant, en particulier le chant des enterrements. Gardar c’est l’inconnu, celui qui est parti à l’étranger, il représente à la fois le rêve et le danger.
Quel choix fera Alfgrimur, la pêche ou le chant ?

ferme islandaise.jpg

Ferme islandaise


C’est un roman superbe où se côtoient le merveilleux des légendes islandaises, la tragédie et le comique de toute existence.
L’auteur parsème le roman d’ anecdotes de la vie islandaise au début du siècle parfois pour en rire et parfois pour les regretter, j’ai particulièrement aimé la coutume de passer les annonces publicitaires en vers dans les journaux et les lois sur les fils barbelés.
Il y a une grande finesse dans ce récit et beaucoup d’humour. La traduction de Régis Boyer est pour beaucoup dans le plaisir de lecture car il sait rendre le style particulier de Halldor Laxness.

Faites une place à ce livre dans votre bibliothèque


L’auteur ( source : l’éditeur)
laxness.jpgNé en 1902 à Reykjavik, Halldor Laxness publia son premier roman à dix-sept ans et mena ensuite une vie de bohème en Europe et en Union soviétique, avant de revenir en Islande peu avant 1940. Son œuvre, immense, se distingue par une grande diversité et un style empreint d’humour et de poésie. Auteur de plusieurs cycles romanesques, dont la trilogie la Cloche d'Islande, il a reçu le prix Nobel de littérature en 1955. Il est mort en 1998.

Commentaires

  • Il est déjà dans ma bibliothèque (par encore lu mais ça viendra bientôt). Sinon, je ne sais pas si tu as lu d'Halldor Laxness : Le paradis retrouvé. Un islandais se fait mormon, prêche la bonne parole, part aux États-Unis mais pour ça il a juste abandonner sa femme. C'est un style particulier mais une lecture intéressante.

  • @ Merci Cécile pour cette référence, je n'ai lu de Laxness que " la cloche d'islande" et il y a très longtemps, je n'en garde qu'un souvenir confus

  • J´ai en français pratiquement toutes les sagas islandaises traduites par l´immense et incontournable Régis Boyer ; ainsi que plusieurs Laxness. On ne peut tout connaître. La retraite a du bon pour le lecteur que j´ai toujours été : elle me permet, davantage que de me tenir au courant des dernières nouveautés qui bien souvent me déçoivent, de combler mes lacunes.
    Merci pour ce billet

  • Après la lecture d'Indridason, je suis toute disposée à aller plus loin dans la littérature islandaise, dans les coutumes, les légendes et la façon de vivre au début du siècle, je note cet auteur.

  • Encore une découverte grâce à ce blog dont les sauts et les gambades nourrissent ma liste de lecture. L'illustration est très bien choisie, familière et mystérieuse à la fois.

  • @ Merci de ce petit mot gentil Tania, je me nourris chez toi d'art et d'expos comme nul par ailleurs, c'est un prêté pour un rendu donc
    bon week end de pentecôte

  • Bonsoir, comme tu es venu (e ?) sur notre site, je viens visiter le tien et grapiller des idées de lecture; merci ! Et j'aime beaucoup l'idée de mettre des photos !
    Tu es comme moi, tu passes une bonne partie de ton temps à lire; le bonheur !

  • @ Claire Jeanne : comme il n'y a pas de lien sur ton nom je ne sais pas vraiment d'où tu arrives
    merci pour ce commentaire et j'espère te retrouver ici ou là en fonction de tes lectures
    effectivement je passe bcp de temps à lire, je l'ai toujours fait mais depuis quelques mois je ne travaille plus alors.....

Les commentaires sont fermés.